17 mai 2021 - 19:28
Nouveau projet pour l’artiste de Saint-Roch-de-Richelieu, Jany Provost
Audâze lance une chanson portant sur les paysages de son enfance
Par: Jean-Philippe Morin

Wraz et Audâze, en période d’enregistrement. Photo Mélina Séguin-Forget

Jany Provost, alias Audâze, s’épanouit de plus en plus dans son projet pop/soul et électro. Photo Mike HG

Vertige est le deuxième titre d’Audâze. Photo Antony Deguise

Jany Provost alias Audâze lancera Vertige, son deuxième titre en carrière le 28 mai prochain, sur toutes les plateformes numériques majeures. Ce nouveau titre à saveur électro, inspiré des paysages de son enfance à Saint-Roch-de-Richelieu, a été réalisé en collaboration avec le producteur de musique électronique Wraz.

La native de Saint-Roch-de-Richelieu a reçu, à l’hiver 2020, un prix du projet Patrie innovante, de la MRC de Pierre De Saurel. Grâce à cette bourse, elle a pu faire l’éloge poétique et musical des paysages naturels de sa région natale dans une toute nouvelle chanson.

L’artiste dit avoir grandi en contemplant la nature, les grands feuillus, l’eau calme et la rivière en tempête, saisons après saisons, ce qui l’a inspirée à créer Vertige.

Dans un communiqué de presse expliquant sa démarche, Audâze dit ouvrir sa pièce sur le chant de la cigale auquel se mêlent tranquillement les murmures d’une voix lointaine. Tout au long du morceau, on peut entendre des sons naturels enregistrés à Saint-Roch-de-Richelieu tels que la cigale, le vent et le ruissellement de l’eau. La musique de Wraz, reconnue pour sa richesse en basse fréquence, met la table pour des mélodies vocales simples et mélodieuses qui transportent une fine poésie narrant la nature liée au mouvement du vent.

Collaboration

Wraz et Audâze se sont rencontrés lors de leurs études collégiales en musique. À l’été 2019, ils se sont retrouvés tous deux dans la programmation du Festival l’Alternative. Ces retrouvailles ont permis la collaboration menant à la création de ce nouveau morceau.

Alliant ses connaissances approfondies de la musique classique à son expertise en musique électronique, Wraz s’est produit en spectacle à divers endroits dont notamment Chicago, New York, Halifax, Montréal, Québec et Sherbrooke durant les dernières années. Il a sorti sa musique sur différentes maisons de disques électroniques aux États-Unis et en Europe (Deep Dark & Dangerous, Duploc, Dank N Dirty Dubz, et plus encore).

Si leurs univers respectifs semblent éloignés, Vertige est la preuve qu’ils sont compatibles, selon eux. « On veut transporter l’auditeur avec nous sur le bord de l’eau, mais qu’il ait aussi envie de danser! », indiquent les artistes dans le communiqué de presse.

Bien qu’elle s’autoproduise et réalise, l’artiste tient à remercier le soutien de la MRC de Pierre-De Saurel, l’accueil de Christophe Pilon et de Mélina Séguin Forget pour l’enregistrement de Vertige, ainsi que le travail d’Antony Deguise pour le visuel.

Des projets et de la visibilité

En décembre dernier, Audâze sortait son premier titre en carrière Arômes d’éternité qui a attiré l’attention du blogue européen Première Pluie. Depuis, elle s’est fait remarquer aux auditions de Star Académie 2021 en se taillant une place aux camps de sélection diffusés durant la fin janvier à TVA. Elle s’est retrouvée parmi les 30 finalistes sur plus de 5500 inscriptions.

Au cours de la même année, la jeune auteure-compositrice-interprète s’est démarquée jusqu’en demi-finale de la 27e édition du concours Ma première Place des Arts et elle participera, à la fin de l’été 2021, à la 30e édition du Festival de la chanson de Saint-Ambroise.

Audâze est un projet dans lequel l’auteure-compositrice-interprète Jany Provost s’émancipe de plus en plus. Par sa vision artistique très complète, elle construit tranquillement son propre univers dans lequel on retrouve une musique où les mélodies jazz s’amalgament à un esprit pop/soul et électro. Le tout est accompagné d’un visuel inspiré du monde aquatique qu’elle affectionne particulièrement.

« L’élément de l’eau m’inspire par sa force, son habileté à se faufiler partout et surtout par l’effet d’apesanteur qu’il nous procure quand on s’y baigne », souligne-t-elle.

image