5 mai 2022
Déjà reconnu scène écoresponsable bronze
Azimut diffusion veut obtenir l’accréditation argent
Par: Katy Desrosiers

Le directeur général Alain Larouche et l’agente de développement des publics Laurence Lepage ont à cœur l’écoresponsabilité et font en sorte qu’Azimut fasse sa part. Photo Azimut diffusion

Azimut diffusion, avec sa salle Georges-Codling, a été reconnu en 2021 scène écoresponsable de niveau bronze par le Conseil québécois des événements écoresponsables. Depuis, le diffuseur a mis en place de nouvelles actions afin d’espérer passer à l’accréditation argent en 2023.

Publicité
Activer le son

L’agente de développement des publics chez Azimut diffusion, Laurence Lepage, mène ce projet. Un comité en écoresponsabilité a été créé et l’aide de Desjardins a permis et permettra de mettre en place plusieurs gestes.

Elle croit qu’il y a de bonnes chances d’obtenir le niveau argent au prochain dépôt de dossier. Le plus important, selon elle, est d’y aller graduellement. « On implante les choses de façon durable, mais progressivement. Je préfère qu’on prenne ça par petite bouchée pour ne pas mettre de pression sur le personnel et la clientèle », explique Mme Lepage.

Les actions à prendre se déclinent en six volets, soit l’alimentation, les communications, l’énergie et les ressources, la gestion des matières résiduelles, l’engagement social et la gouvernance. Dans chacun se retrouve entre 15 et 20 points à implanter.

Parmi les gestes déjà posés, un système d’Écocup a été intégré pour éviter les verres jetables. Le diffuseur incite les spectateurs et les artistes à apporter leurs bouteilles d’eau réutilisables. Comme il n’existe qu’une buvette au rez-de-chaussée, l’objectif est d’en installer une autre près de la salle. Le défi est de le faire avec l’espace restreint. Une autre solution serait d’installer un système de filtration de l’eau dans les loges, sans dénaturer l’espace avec les équipements nécessaires.

Pour l’offre alimentaire, un partenariat existe avec La Grange à Houblon qui fournit des boîtes à lunch compostables avec des ustensiles en bambou. Les bouteilles de savon à vaisselle et de produits nettoyants sont remplies en vrac à cet endroit. Des bacs de compost sont à disposition.

Parmi les autres gestes, il y a l’utilisation d’un café bio équitable d’une compagnie québécoise, le bannissement des pailles de plastique, l’impression sur du papier écoresponsable et la mise en place d’une boîte pour récupérer les masques de procédure. Une attention est aussi portée à la sobriété numérique, comme éviter les courriels non nécessaires.

Pour les équipements de scène, les fils sont attachés avec des cordelettes réutilisables, des piles rechargeables sont utilisées et un entretien serré est fait pour prolonger sa durée de vie.

Pour l’engagement social, le diffuseur offre entre autres des billets à divers publics, dont les nouveaux arrivants, et donne du temps de résidence à des artistes.

En faire davantage

Les objectifs fixés pour 2023 sont presque tous atteints. Un qui reste à réaliser est au niveau de la formation. Dans la prochaine année, les employés et membres du conseil d’administration suivront une ou des formations sur les pratiques écoresponsables.

« Notre plan d’action 2021-2023, on va probablement le dépasser », affirme fièrement Laurence Lepage.

À long terme, elle espère que l’organisme compensera ses émissions de gaz à effet de serre. « C’est sûr qu’on veut le faire en incluant les artistes et le public, pas juste nos déplacements à nous les employés de bureau, note-t-elle. On calculerait les impacts des déplacements des tournées, les camions, etc. » Elle a d’ailleurs suivi une formation sur le sujet. Le public pourrait être invité à faire un don pour compenser son déplacement.

Au niveau de la gouvernance, des critères d’équité, de diversité et d’inclusion pour la programmation seront établis. Bien que l’organisme le fait déjà, il existera maintenant des balises claires.

image