8 décembre 2021
Bénévole depuis 30 ans avec Opération Nez rouge de Sorel-Tracy
Par: Jean-Philippe Morin

Éric Côté en est à sa 30e année comme bénévole de l’Opération Nez rouge de Sorel-Tracy. Photo gracieuseté

Éric Côté fête ses 30 ans comme bénévole à l’Opération Nez rouge de Sorel-Tracy. Depuis 1992, le résident de Saint-Robert n’a raté que « trois ou quatre » soirs de raccompagnements.

Publicité
Activer le son

« C’est toujours une belle expérience pour moi. Je pense sincèrement qu’on sauve des vies. Pis j’aime le monde, ce n’est pas une corvée pour moi de faire ça. J’aime ça veiller jusqu’aux petites heures du matin pour raccompagner les gens en sécurité chez eux », lance le dévoué bénévole.

Si vous décidez d’être bénévole pour Opération Nez rouge à Sorel-Tracy, vous reconnaîtrez tout de suite Éric Côté, avec sa casquette particulière. Chaque année, il appose sur cette casquette spéciale à ses yeux une épinglette de l’édition actuelle. « C’est une façon pour moi de montrer aux gens mon implication. Elle commence à être lourde, mais je continue de la porter! », assure-t-il.

La COVID n’a pas été facile pour l’homme de 48 ans puisqu’il n’a pu, l’an dernier, retrouver ses amis bénévoles avec qui il aime échanger. Rappelons qu’il n’y a pas eu de raccompagnements à la grandeur de la province en 2020.

Cette année, il était le premier à revenir avec le sourire. « Il y a un peu moins de bénévoles cette année à cause de la COVID, mais je tente d’initier du monde pour venir l’essayer », souligne-t-il.

Opération Nez rouge fête ses 37 ans cette année, alors qu’Opération Nez rouge Sorel-Tracy en est à sa 32e année dans la région.

Des anecdotes savoureuses

En 30 ans, ce ne sont pas les anecdotes qui manquent pour Éric Côté, qui peut en raconter des vertes et des pas mûres.

« Il y a 10 ou 15 ans, j’ai vu un couple faire l’amour dans son auto. On cherchait partout qui avait appelé, et quelqu’un nous a dit qu’il était déjà dans l’auto. Quand on est arrivés là, on a vu ça! Je me suis retourné en faisant semblant de ne rien avoir vu », rigole-t-il.

Une autre fois, il a raccompagné quelqu’un qui était tellement saoul qu’il ne se rappelait plus de son adresse. L’homme venait de déménager et n’avait aucune idée où il résidait. « On est allés au poste de police, puis on nous a dit où il restait. Une chance qu’il n’a pas pris son char, lui! », lance-t-il en riant.

Somme toute, les citoyens sont généreux, remarque Éric Côté. « Ça prend de la patience parfois, parce qu’on deal avec toutes sortes de gens dans différents états. Mais en général, les gens sont gentils avec nous », témoigne celui qui a déjà reçu 100 $ comme don. Son don le moins élevé? Onze sous.

« Le gars avait un 10 sous et une cenne! En même temps, on offre un service gratuit et tout l’argent va à la Fondation du Cégep, alors ça nous fait plaisir de raccompagner tout le monde », souligne-t-il.

Et sa soirée la plus longue a duré près de 12 heures, soit de 22 h à 9 h du matin. « Je m’en souviens, c’était en 1997. On a fait une vingtaine de raccompagnements dans la soirée, ça n’arrêtait jamais. C’est le genre de soirée qu’on se souvient, c’était stimulant! », raconte-t-il.

Éric Côté espère continuer encore plusieurs années comme bénévole. Il invite ceux qui veulent l’essayer de l’accompagner pour une nuit avec le fameux dossard rouge.

Lors de sa dernière édition en 2019, l’Opération Nez rouge de Sorel-Tracy a effectué 891 raccompagnements en 18 soirées d’opération. Chaque année, le service permet d’amasser de 25 000 $ à 30 000 $ à la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy pour aider la jeunesse d’ici.

L’édition 2021 a toutefois démarré un peu plus lentement dans la région. Pour le premier week-end, 26 raccompagnements ont été effectués grâce à 37 bénévoles, tandis que 55 raccompagnements ont eu lieu le week-end dernier grâce à 42 bénévoles.

image