6 mai 2022
Céréales Bellevue, une entreprise agricole d’ici respectueuse de l’environnement
Par: Alexandre Brouillard

Paul Caplette est fier d’œuvrer au bien-être de l’environnement grâce à une agriculture équilibrée. Photo tirée de Twitter

En 2022, la famille Caplette a reçu le prix Entreprise exceptionnelle au Gala Agristars. Photo capture d’écran

Un nichoir d’hirondelles installé sur une bande riveraine dans les champs de l’entreprise Céréales Bellevue à Saint-Robert. Photo capture d’écran

Reconnus pour leurs pratiques agricoles écologiques et respectueuses de l’environnement, les frères Paul et Pierre Caplette ont adopté une agriculture équilibrée depuis plusieurs années à leur exploitation agricole, Céréales Bellevue, située à Saint-Robert.

Publicité
Activer le son

Au début des années 2000, alors qu’une conscience écologique naissait graduellement dans le milieu agricole, Paul et Pierre Caplette ont remis en question leurs propres pratiques agricoles.

« On a toujours eu l’environnement à cœur, mais on pouvait faire mieux, admet Paul Caplette. Nos enfants revenaient de l’école et nous demandaient si nos pratiques agricoles polluaient. Ce sont donc les questionnements de nos enfants qui nous ont poussés à faire mieux au niveau de l’environnement. »

Depuis, les deux frères ont pour mission d’optimiser leurs ressources avec des techniques agricoles hybrides qui leur assurent une biodiversité des sols. Les plantes de couverture jumelées à la technique du semis direct leur ont permis de réduire considérablement l’utilisation de fertilisants et d’améliorer le niveau de matière organique de leurs sols. Ainsi, Céréales Bellevue est reconnue comme une entreprise productrice select de grain de semence, que ce soit le blé, le soya ou le maïs.

Depuis 2006, ils ont réduit de 33 % leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), de 30 % leur utilisation de pesticides et, depuis 2012, ils n’ont plus recours aux insecticides. D’ailleurs, pendant cette période de temps, leurs rendements aux champs ont augmenté.

« On ne réinvente pas la roue. On revient aux techniques de base, comme la rotation de cultures dans les champs. Si on adopte une agriculture équilibrée et qu’on fait attention à nos quantités de pesticides, ça fait une grande différence. À long terme, s’adapter à l’environnement, ça devient rentable », assure Paul Caplette.

Plusieurs innovations

Dans les dernières années, Paul et Pierre Caplette ont mis en branle plusieurs projets pour rendre leur entreprise plus écologique.

Comme d’autres agriculteurs situés dans le littoral du lac Saint-Pierre, les deux entrepreneurs ont aménagé plusieurs bandes riveraines qui agissent comme zone tampon entre les champs et les cours d’eau. Alors que les normes exigent trois mètres de bandes riveraines, ils ont fait encore mieux allant jusqu’à huit mètres à certains endroits.

De plus, grâce à leurs techniques agroenvironnementales, ils ont diminué l’utilisation de leurs machineries. Ainsi, ils dépensent moins en carburant et produisent moins d’émanations de GES. « Pendant ce temps là, ce sont les vers de terre qui travaillent. Chez nous, ils brassent 400 tonnes de sols quotidiennement sans aucun carburant. Donc, quand tu ralentis le travail de sol, tu envoies moins de résidus vers les cours d’eau, tu as un sol plus résilient et tu augmentes la population de micro-organismes », explique Paul Caplette.

Depuis 2017, les deux agriculteurs s’affairent à installer des nichoirs à hirondelles dans leurs champs pour assurer une plus grande biodiversité. « On est rendus à 65 nichoirs qui peuvent accueillir jusqu’à 80 hirondelles. Un de ces oiseaux peut manger jusqu’à 3000 insectes par jour. Ce ne sont pas des revenus dans ma colonne de chiffres, mais on voit les changements dans les champs », soutient Paul Caplette.

« Comme tout le monde, on veut que nos enfants aient une belle vie. C’est pourquoi nous mettons tous ces efforts. Ils nous amènent des bénéfices économiques, agronomiques et environnementaux », confie l’agriculteur.

Des efforts soulignés par les pairs

Dans les dernières années, les efforts écologiques de la famille Caplette ont été reconnus à maintes reprises par plusieurs organismes du milieu agricole.

En avril dernier, lors de la plus récente édition du Gala Agristars de la Montérégie, ils ont reçu le prix Bon coup en agroenvironnement – Entreprise exceptionnelle.

Ensuite, en décembre 2021, la fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) Montérégie et Desjardins ont souligné la qualité de la réalisation des aménagements durables de l’entreprise Céréales Bellevue avec la Bourse agrEAUresponsable.

« On est contents de se faire dire bravo à l’occasion, admet Paul Caplette. Ça nous encourage à continuer parce qu’on met beaucoup d’énergie sur nos projets. »

En 2022, Paul et Pierre Caplette continueront de travailler conjointement avec Agriculture Canada sur un projet d’innovation pour filtrer et décanter des eaux de drainage.

« Le projet est à l’an un de son implantation. Quand on va sortir des données, l’innovation et l’ingénierie agricole auront pris 10 ans », conclut Paul Caplette, tout en confiant avoir plusieurs projets en tête pour être en parfait équilibre avec son environnement.

image