5 février 2018 - 11:41
De jeunes curleurs avec de grandes aspirations
Par: Jean-Philippe Morin

Les trois amis posent en compagnie de leur entraîneur, Luca Guévremont. (Photo: Pascal Cournoyer)

Édouard Guévremont, 14 ans, joue au curling depuis huit ans. Ses amis Frédéric Gélinas et William Gravel y jouent depuis trois ans. Ensemble, ils ont choisi de consacrer leurs fins de semaine d’octobre à avril à ce sport qui les passionne.

Avec leur entraîneur Luca Guévremont (le père d’Édouard), ils disputent une douzaine de tournois aux quatre coins de la province dans le circuit juvénile de Curling Québec et le circuit de Curling Canada. Ils espèrent ainsi se qualifier pour les Jeux du Québec en 2019 et les Jeux du Canada en 2020.

Récemment, ils ont gagné un tournoi régional contre l’équipe de Bedford avec un coéquipier de Saint-Hyacinthe pour compléter leur équipe, ce qui leur permettra de représenter Richelieu-Yamaska aux interjeux, en mars. S’ils battent cette même équipe l’an prochain, ils seront des Jeux du Québec.

Pour continuer à s’améliorer, ils jouent tous les mercredis soirs dans une ligue de haut niveau pour adultes au Club de curling Aurèle-Racine. Jusqu’à maintenant, ils n’ont pas connu la victoire, mais ils chauffent certaines équipes, explique Luca Guévremont.

« Au club à Sorel-Tracy, les joueurs expérimentés aident beaucoup nos juniors. Mathieu Beaufort, Maxime Benoit et Denis Robichaud, entre autres, ont déjà participé aux provinciaux et ils ont un bon bagage pour donner des trucs aux jeunes. Ça leur donne un précieux coup de main », relate l’entraîneur.

En plus de tous ces tournois, les Sorelois participent à des événements corporatifs du club Aurèle-Racine, dont Curling pour enfants en avril.

Une passion

Le capitaine de la formation, Édouard Guévremont, a choisi assez jeune de se consacrer au curling plutôt qu’au hockey l’hiver. Plusieurs arguments ont penché en faveur de ce sport.

« J’adore aller partout pour jouer contre d’autres villes. J’aime aussi la stratégie du jeu et la précision qu’il faut avoir. C’est comme une partie d’échecs, mais il faut déplacer les pièces au bon moment. Il faut toujours penser deux coups d’avance », explique Édouard.

Ses amis abondent dans le même sens. « L’intensité des tournois est ce qui m’allume », ajoute Frédéric Gélinas. « J’aime lancer la pierre, l’aspect stratégique », souligne à son tour William Gravel.

Les trois joueurs ainsi que Luca Guévremont ont un message à envoyer aux jeunes qui n’ont jamais essayé le curling : « Venez juste essayer! Tous les jeunes qui sont venus ont eu du plaisir. Ç’a l’air plus facile que ce l’est, vous verrez », conclut M. Guévremont.

image