3 décembre 2021
Des découvertes archéologiques sans précédent à la Maison des gouverneurs
Par: Alexandre Brouillard

Plusieurs artéfacts, sûrement issus d’un banquet, ont été découverts à la Maison des gouverneurs l’été dernier et présentés la semaine dernière au public. Photo gracieuseté

De gauche à droite : Yves Chrétien, archéologue, Julie Gauthier Lafond, régisseuse culturelle à la Ville de Sorel-Tracy, et Serge Péloquin, maire de la Ville de Sorel-Tracy. Photo gracieuseté

Les recherches archéologiques ont eu lieu l’été dernier à la Maison des gouverneurs. Photo gracieuseté

À la suite des fouilles archéologiques effectuées à la Maison des gouverneurs de Sorel-Tracy l’été dernier, l’archéologue Yves Chrétien a mis à jour une collection d’artéfacts qui pourraient être les vestiges d’un banquet princier auquel William Henry aurait participé il y a plus de 200 ans.

Publicité
Activer le son

L’archéologue a présenté le fruit de ses recherches lors d’une conférence prononcée le 2 décembre, à la Maison des gouverneurs. La fouille d’une grande fosse a permis la découverte de latrines datant du 18e siècle dans lesquelles les participants à un banquet ont disposé de déchets domestiques en grande quantité.

M. Chrétien y a entre autres retrouvé de nombreuses bouteilles de vin de Porto et/ou de sherry, des fioles de grappa italienne dont une intacte, des restes de tonnelets de rhum, de la vaisselle, de grands plats de préparation en terre cuite commune, des plats de services en creamware et une importante quantité de verrerie de table.

« Je trouve ça extraordinaire et même émouvant parce qu’il [Yves Chrétien] a réussi à nous transporter dans le temps avec les objets. On se sentait presque au moment où cette réception a eu lieu. Ça s’est passé chez nous! », mentionne le maire de la Ville de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, qui a rencontré M. Chrétien à la Maison des gouverneurs dans le cadre de la présentation de ses découvertes.

Un banquet avec William Henry?

Selon l’hypothèse avancée par M. Chrétien, les objets déterrés pourraient être liés à un événement historique majeur de l’histoire de Sorel-Tracy, comme la visite à Sorel en 1787 du prince William Henry, qui deviendra plus tard roi du Royaume-Uni. C’est d’ailleurs à la suite de son passage à Sorel que la ville change de nom pour s’appeler « bourg William Henry » jusqu’en 1860.

Selon l’archéologue, l’étude approfondie des vestiges trouvés renforce sa théorie selon laquelle ils proviennent d’un événement ponctuel de grande envergure, comme un banquet princier.

Il ajoute que jeter la vaisselle après le repas était, à l’époque, un comportement volontaire pour donner une impression de richesse et d’opulence. L’archéologue croit donc que les gens présents à ce moment cherchaient à impressionner les invités, ou peut-être même un invité en particulier comme le prince William Henry.

« On avait une belle histoire de 1781 avec la famille von Riedesel [général Friedrich Adolf von Riedesel] à Sorel-Tracy et là, on vient d’en rajouter une autre qu’on va renforcer avec William Henry », mentionne Serge Péloquin, en évoquant le premier sapin illuminé en Amérique du Nord.

Comme le traitement des artéfacts et leur reconstitution demandent des soins particuliers, la Ville de Sorel-Tracy évaluera les meilleures manières de les mettre en valeur.

« Cette collection appartient aux gens de Sorel-Tracy et je souhaite qu’on trouve une façon de mettre les artéfacts en évidence avec les équipes dédiées à la culture à Sorel-Tracy », conclut Serge Péloquin.

image