25 novembre 2021
Rayons vides et ruptures de stock?
Des marchands de la région se veulent rassurants pour le Vendredi fou et les Fêtes
Par: Alexandre Brouillard

Le propriétaire de la Librairie Marcel Wilkie, Daniel Lemoine, assure avoir assez de marchandises pour faire face au temps des Fêtes. Photo Les 2 Rives ©

Alors que la crise mondiale de production et d’acheminement de marchandises incite certaines personnes à compléter leurs emplettes du Vendredi fou et des Fêtes relativement tôt, des marchands de la région se veulent rassurants et croient que leur inventaire tiendra le coup jusqu’à la fin de l’année.

Publicité
Activer le son

« Pour l’instant, ça va assez bien du côté de mon inventaire, rassure d’emblée le propriétaire de la Librairie Marcel Wilkie, Daniel Lemoine. Comme toutes les années, lorsque Noël arrive, les articles se vendent plus rapidement, mais ce n’est pas inquiétant pour le moment. »

Il prévient toutefois que les clients devront peut-être diminuer leurs attentes quant à certains articles. « Par exemple, les produits Lego et Ravensburger sont plus difficiles à obtenir. La situation est donc inquiétante pour des gens qui veulent des objets précis. Sinon, on a reçu la plupart de nos commandes et on a stocké beaucoup de produits », assure-t-il.

Même son de cloche du côté du Canadien Tire. « On ne manque de presque rien en ce moment, lance le marchand-associé du magasin Canadian Tire de Sorel-Tracy, Richard Marsan. On a beaucoup de décorations de Noël, de pneus d’hiver et d’autres articles. J’attends seulement la livraison de produits de pêche sur la glace. »

Retard de livraisons

Bien qu’il juge son inventaire suffisant pour faire face au Vendredi fou et aux Fêtes, M. Lemoine signale que des retards de livraisons pourraient l’impacter dans les prochaines semaines.« Il y a des produits que je n’ai jamais reçus parce que le porte-conteneurssur lequel ils étaient a brûlé en Colombie-Britannique », explique-t-il, tout en citant la crise mondiale de production et d’acheminement.

Le copropriétaire de Kartouche Plus/Ordi Vert, Philippe Bernard, éprouve aussi quelques problèmes avec la livraison de produits. « C’est en lien avec le retard de conteneurs et la rareté de certaines matières premières utilisées dans la fabrication d’appareils électroniques. […] Des fournisseurs indiquent 2049 comme date de livraison pour ne pas être inondés d’appels de gens impatients de recevoir leurs marchandises », explique-t-il.

Cette crise mondiale d’acheminement pourrait s’aggraver au Canada dans les prochains jours, alors que le réseau de transport en Colombie-Britannique a été ébranlé la semaine dernière par des pluies torrentielles qui ont arrêté le transport par train. Selon les autorités sur place, la situation pourrait rapidement devenir intenable au port de Vancouver où arrivent la majorité des produits importés d’Asie.

Prévoir le coup

Certains commerçants de la région ne sont toutefois pas impactés par les problèmes de livraisons en raison de leurs grands inventaires. C’est le cas du magasin d’électronique la Maison du Multimédia qui n’éprouve aucun problème d’approvisionnement grâce à son affiliation avec la Clef de sol.

« Les vitesses de livraison sont un peu plus longues qu’à l’habitude, mais rien d’inquiétant. Normalement, on reçoit la marchandise dans un délai de 24 à 48 heures à cause de notre affiliation avec la Clef de sol, qui nous donne accès rapidement à des milliers de produits grâce à son énorme entrepôt », détaille le copropriétaire de la Maison du Multimédia, Jean Parenteau.

Le Canadian Tire de Sorel-Tracy jouit aussi de la force de sa bannière. « On profite de notre propre réseau qui avait prévu le coup en acheminant plus de bateaux et en achetant ses propres conteneurs pour faire face au Vendredi Fou et à la période des Fêtes », explique M. Marsan.

Actuellement, la succursale soreloise possède environ 1,5 M$ en inventaire de plus que l’année dernière à pareille date. « Canadian Tire avait donc pris le taureau par les cornes dès l’été dernier pour s’assurer de ne pas manquer de marchandises », conclut Richard Marsan.

image