26 avril 2022
L’entreprise ontarienne créera 50 emplois pour son nouveau centre de développement
Descartes s’implante au centre-ville de Sorel-Tracy
Par: Jean-Philippe Morin
Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, le vice-président, solutions de mobilité chez Descartes, Yan Parenteau et le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Sylvain Dupuis. Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, le vice-président, solutions de mobilité chez Descartes, Yan Parenteau et le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Sylvain Dupuis. Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

L’un des quatre centres de développement de Descartes dans le monde sera basé au centre-ville de Sorel-Tracy, plus précisément dans l’ancien Presse Café (18, rue Augusta). L’entreprise, dont le siège social est en Ontario, veut créer des dizaines d’emplois en misant sur la région de Sorel-Tracy et ainsi se développer dans le domaine de la logistique.

Publicité
Activer le son

Le vice-président, solutions de mobilité chez Descartes, Yan Parenteau, était fier de convier employés, élus et médias au futur emplacement de l’entreprise, le 20 avril. Descartes compte déjà une cinquantaine d’employés à Sorel-Tracy, mais elle veut se rendre à une centaine d’ici deux à trois ans, d’où l’implantation de ce nouveau centre de développement. Les trois autres centres sont situés en Uruguay, en Tchéquie et aux Philippines.

L’endroit subit encore des rénovations, mais sera prêt vers la fin mai pour une ouverture officielle en juin. On y retrouvera une cinquantaine de bureaux répartis sur deux étages. « On aimerait profiter des attraits du centre-ville cet été avec nos employés », a indiqué M. Parenteau.

Descartes est un leader mondial dans les solutions logicielles dans le domaine de la logistique. « Vous avez probablement utilisé une de nos solutions sans le savoir. On est vraiment partout, que ce soit en faisant une commande en ligne ou en vous faisant livrer des électroménagers », a souligné M. Parenteau, en ajoutant que l’entreprise offre plus de 200 produits dans le transport et la logistique en plus d’avoir plus de 24 000 clients dans le monde.

Une présence forte dans la région

Yan Parenteau était auparavant chef des opérations de ShipTrack avant que Descartes n’en fasse l’acquisition en novembre 2020. « Je suis fier, c’est un rêve de longue date qui se réalise. Je suis né à Saint-Roch-de-Richelieu, puis quand j’ai déménagé à Sorel-Tracy, la perception était que pour avoir une job payante ici, il fallait aller dans le domaine de l’acier. Ce qui me passionnait, c’était l’informatique, et j’espère que cette nouvelle va inciter des jeunes à revenir dans la région après leurs études pour travailler dans un domaine qui les allume », a lancé M. Parenteau.

Ce dernier souligne par ailleurs que l’effervescence de Sorel-Tracy a joué un grand rôle dans la décision de l’entreprise d’élargir ses activités ici.

« On a choisi de s’établir au centre-ville pour ses attraits qui, on l’espère, vont séduire nos employés qui voudraient travailler en présentiel. Descartes leur permet de travailler de chez eux à temps plein, mais notre pied à terre sera ici s’ils le désirent », a avancé M. Parenteau, en soulignant la qualité de l’enseignement au Cégep de Sorel-Tracy, notamment avec le Hub, qui permet à l’entreprise d’embaucher de jeunes talents.

Efforts des élus

Le vice-président a d’ailleurs salué les « efforts continuels des élus qui ont grandement contribué à notre choix de s’implanter à Sorel-Tracy ». Parmi ceux-ci, le maire de Sorel-Tracy et le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Serge Péloquin et Sylvain Dupuis, étaient présents lors de l’annonce. Ils ont tenu à s’adresser à Yan Parenteau.

« On est très fiers que tu aies favorisé ce lieu dans un contexte où on travaille fort pour revitaliser le centre-ville. Cette annonce de rénover l’ancien Presse Café, un bâtiment inoccupé depuis un moment, c’est un bel élan pour le centre-ville », a indiqué Serge Péloquin.

« Ç’aurait été facile pour toi d’aller à Montréal, mais tu rêvais qu’à Sorel-Tracy, on puisse attirer le talent. Tu lances comme signal aux gens d’ici ou de l’extérieur que oui, on est forts en métallurgie et dans le développement agroalimentaire, mais aussi en technologie. Je pense à nos restaurateurs qui ne rêvent que d’avoir des employés à proximité, c’est très positif pour tout le monde », a conclu Sylvain Dupuis.

image