29 mars 2022
Encore l’affaire de tous!
Par: Louise Grégoire-Racicot

Depuis le début des années 80, Louise Grégoire-Racicot pose son regard sur la région comme journaliste à travers les pages du journal Les 2 Rives. Depuis février 2018, à titre de chroniqueuse, elle livre maintenant chaque semaine son opinion sur l'actualité régionale.

Malgré l’augmentation actuelle des cas de Covid, des animateurs et promoteurs de la région préparent fébrilement spectacles et activités estivales à venir.

Publicité
Activer le son

Ainsi, la première programmation de iO Expérience – 65 artistes de renommée nationale et internationale sur une scène 360° inédite sur le quai Catherine-Legardeur – animera 16 soirées estivales entre juin et septembre. Le groupe est audacieux et gourmand à la fois, comptant bien attirer 1500 spectateurs chaque soir. Une bonne partie de ceux-ci devront venir de l’extérieur!

Souhaitons toutefois que iO Expérience ne fasse pas cavalier seul. Car d’autres organismes planifient aussi diverses activités estivales dont le Gib Fest – présent sur la scène publique soreloise depuis 1978 – et ses cinq fins de semaine de festivités, la Société d’agriculture et sa 173e exposition agricole en juin auxquels il faut ajouter les concerts dans les parcs, d’autres projetés par Azimut, les initiatives de Statera, du Biophare, les expositions à la Maison des Gouverneurs et au Centre des arts contemporains et de multiples activités sportives et communautaires. Un été prometteur et bien rempli quoi!

Raisons de plus pour bien arrimer toutes ces activités. Car leur apport à la qualité de vie culturelle, sociale et économique régionale sera d’autant imposant que leurs promoteurs travailleront en cohésion et non en silo. Sans se considérer comme des compétiteurs, mais comme des partenaires complémentaires.

Il est de fait essentiel, pour en maximiser les retombées, que leurs promoteurs intègrent bien leurs activités les unes aux autres dans un calendrier en succession plutôt qu’en simultané, et ce, pour assurer une plus grande fréquentation de chacune. D’où l’importance d’en diversifier approches et frais d’accès, horaires et types.

Il appartient notamment à l’Office du tourisme d’inciter ses membres à se concerter pour enrichir ensemble l’agenda estival et ainsi augmenter les chances que Bas-Richelois et visiteurs d’autres régions ou pays les fréquentent plus grâce à la promotion qu’il en fera. Ce sera là remplir pleinement sa vocation malgré ses ressources limitées. Un défi existentiel s’il en est un!

Comme il appartient à la Ville de Sorel-Tracy – elle qui souvent les soutient financièrement – d’amener les divers promoteurs et organisateurs à mettre de l’avant des activités bien cadrées, attractives et créatives, sans dédoublement, extravagance ou danger.

Enfin, comme elle émet des permis pour les autoriser, elle doit faciliter les déplacements des participants ou spectateurs de ces activités qui se déroulent sur son territoire. Voir à ce que tout se fasse en toute sécurité et convivialité. Que la circulation dans les rues soit contenue de main de maitre et surtout que les visiteurs trouvent aisément des stationnements adéquats desquels les piėtons de tous les âges pourront converger vers les sites d’activités. Une autre condition sine qua non de succès que cette accessibilité.

Somme toute, la région est à peaufiner son offre touristique tout en ajoutant à sa qualité de vie. Ce qui exige tant la contribution de promoteurs privés et publics, que celui des tenanciers de restos et bars. Et celui des citoyens eux-mêmes dont la participation ne peut qu’avaliser leur à-propos, consolider leurs assises, assurer leur survie, et par leurs observations, faciliter leur croissance et pérennité.

Ainsi tous ont un rôle à jouer pour faire de la région non seulement une place agréable à habiter, mais aussi une destination attrayante à visiter!

image