7 avril 2022
Ferme Quatre Jeudis : une histoire de famille pour les Simard
Par: Alexandre Brouillard

La famille Simard de la Ferme Quatre Jeudis accompagnée par leurs amis bénévoles. Photo gracieuseté

Devenir un modèle agroalimentaire écologique en Montérégie tout en promouvant les produits du terroir, voilà les ambitions qui ont incité la famille Simard à créer la Ferme Quatre Jeudis, à Saint-Roch-de-Richelieu, en 2020.

Publicité
Activer le son

Alors que le quotidien de milliers de personnes a été mis sur pause par la pandémie, Marc Simard et Carole Anderson se sont plutôt retroussé les manches pour démarrer la Ferme Quatre Jeudis aux côtés de leurs quatre filles : Anaïs, Fabienne, Daphné et Mathilde.

Anaïs Simard, l’ainée des quatre sœurs, confie que ses parents caressaient depuis longtemps ce projet d’une ferme maraîchère où l’agriculture régénératrice serait privilégiée. « C’était un rêve pour eux, admet l’ancienne chef cuisinière. Pour moi, c’était aussi l’occasion de changer de carrière et de relever de nouveaux défis. »

Sur la terre familiale de 150 acres, la famille Simard cultive plus de 80 variétés de légumes et de fines herbes. Passant des pois mange-tout violets aux tomates ancestrales rouges, la diversité à la Ferme Quatre Jeudis est bien présente.

« On cultive des légumes rares, précise Carole Anderson. On donne l’occasion aux gens de découvrir des variétés de légumes qui ne se retrouvent pas nécessairement à l’épicerie. »

En plus des légumes, les Simard vendent des œufs de poules élevées en liberté, des œufs de caille nourrie à la moulée biologique, du pain au levain, du miel artisanal, de la confiture et même du savon corporel ainsi que du baume à lèvres.

Alors que leurs produits sont disponibles directement au kiosque de la ferme ou même dans des marchés à Sorel-Tracy et à Contrecœur, les Simard offrent l’abonnement hebdomadaire à des paniers de légumes. « C’est très populaire, assure Anaïs Simard. La première année, nous avions environ 60 abonnés et, cette année, nous en aurons une centaine. »

Deux types de paniers sont offerts pour l’abonnement saisonnier de 18 semaines, soit le « Découverte » qui met en valeur plus de 80 variétés de légumes et de fines herbes et le « Favoris » qui propose une vingtaine de variétés de légumes plus familiers.

Favoriser l’économie locale

Alors que l’entreprise familiale se porte bien et entame sa troisième année d’activité, Anaïs Simard est satisfaite de voir l’achat local gagner en popularité.

« Au début de la pandémie, le gouvernement et des personnalités incitaient les gens à consommer des produits d’ici et à créer une économie plus locale. On peut par exemple penser au Panier Bleu », raconte la jeune femme.

Cette dernière constate donc une effervescence autour des produits du terroir. « Les gens semblent de plus en plus apprécier savoir d’où proviennent les produits qu’ils mettent dans leur assiette. De notre côté, c’est ce que nous voulons offrir », ajoute-t-elle.

Des projets plein la tête

Les membres de la famille Simard ne manquent pas d’idées quant au futur de leur entreprise. Ils ont notamment l’intention de chauffer leur serre afin de pouvoir récolter des légumes plus tôt au printemps et ils veulent développer l’offre de cueillette de citrouille à l’automne.

« On désire aussi offrir des produits de l’érable. On a une érablière sur nos terres avec une possibilité de 3000 entailles. Nous avons plusieurs possibilités et idées à exploiter », conclut Anaïs Simard.

image