25 janvier 2023
Guillaume Lambert en compétition au festival Plein(s) Écran(s)
Par: Rachel Gauthier

Le court métrage Errance de Guillaume Lambert sera disponible gratuitement en ligne pendant 24 heures le 26 janvier sur le site web de Plein(s) Écran(s). Photo Chasseurs Films

Le Sorelois Guillaume Lambert participe au festival Plein(s) Écran(s). Photo Jimmi Francoeur

Le court métrage Errance du réalisateur Guillaume Lambert participe à la 7e édition du festival Plein(s) Écran(s), qui se déroule jusqu’au 29 janvier. Cette œuvre cinématographique rayonne encore dans les festivals après deux ans de production.

Publicité
Activer le son

Le festival de cinéma Plein(s) Écran(s) diffuse en ligne pendant une dizaine de jours une programmation variée, soit 40 films, trois projections commentées et une quotidienne, via son site internet et ses pages Facebook et Instagram. Tous les films sont accessibles gratuitement pendant 24 heures. Pour l’année 2022, le court métrage Errance de Guillaume Lambert est en course dans la section Impression(s), une compétition spéciale sur Instagram, qui regroupe huit films courts et esthétiques. Le court métrage du Sorelois sera diffusé le jeudi 26 janvier.

Guillaume Lambert est fier de prendre part à ce festival : « J’adore le court métrage. Je trouve que c’est un endroit où il y a une belle prise de risque. Ça nous permet de découvrir des cinéastes de demain. Ça nous permet de sortir des sentiers battus aussi. Parce que le court métrage nous permet d’explorer différents genres et de découvrir de nouveaux talents, autant devant que derrière l’écran », soutient-il.

Il explique que le court métrage Errance a été filmé spontanément le temps d’une journée, le vendredi 13 mars 2020. Il s’agit du lendemain de l’annulation de la 24e édition de REGARD, qui est un festival international du court métrage au Saguenay et dont Guillaume Lambert était le porte-parole. Le Québec tombait en quarantaine en raison de la pandémie.

« C’était le premier grand événement culturel qui avait été annulé à l’époque. On ne savait pas trop dans quel monde on s’aventurait », révèle le réalisateur.

Au moment de l’annonce, des artistes étaient déjà arrivés pour la tenue de l’événement. M. Lambert mentionne qu’ils se sont rassemblés pour faire un film. « On a décidé de filmer cette émotion-là qui nous envahissait : l’impression de solitude, l’impression de ne pas trop savoir où s’en aller, l’impression d’errance », dévoile-t-il.

M. Lambert admet considérer ce court métrage comme « un devoir de mémoire ». « J’ai hâte de revisiter ce film-là dans plusieurs années. De le revoir dans 10 ou 15 ans, de voir comment on se sentait justement au jour 1 de la pandémie en 2020 », enchaîne-t-il.

Le court métrage de cinq minutes est éligible à quatre des neuf prix du festival, soit le prix Yes sir.madame!, le prix du meilleur film régional, le prix Impressions et le prix de la relève.

Une expérience collective

« C’est vraiment une création collective. Tout le monde y a mis du sien. Tout le monde a trouvé des idées », ajoute M. Lambert, en précisant les noms de ses amis et collègues qui y ont pris part : Marc-Antoine Doyon, Catherine Brunet, Alexa-Jeanne Dubé, Étienne Galloy, Jean-Simon Leduc et Félix-Antoine Tremblay.

Le réalisateur souligne la singularité contrastante de l’événement. L’équipe, qui a travaillé sur le court métrage, a commencé la pandémie avec une expérience collective, alors que le monde se dirigeait vers une année d’isolement. Les artistes ont poursuivi le travail de post-production à distance pendant la pandémie.

Pour visionner le court métrage Errance de Guillaume Lambert, il faut se rendre sur la page Instagram ou sur le site web du festival Plein(s) Écran(s) le 26 janvier : https://pleinsecrans.com/.

image