2 novembre 2021
Un curé de Sorel l’aurait agressé dans les années 60
Il dépose une demande d’action collective et souhaite voir d’autres victimes se manifester
Par: Katy Desrosiers

La dernière messe à l’église Saint-Gabriel-Lalemant a été tenue le 22 avril 2018, avant qu’elle change de vocation. Photothèque | Les 2 Rives ©

Le 29 octobre, une demande d’autorisation d’action collective a été déposée par le cabinet Arsenault Dufresne Wee Avocats contre le Diocèse de Saint-Hyacinthe pour des agressions sexuelles commises entre 1940 et aujourd’hui. Le représentant de cette action aurait été agressé il y a une cinquantaine d’années par un curé de l’église Saint-Gabriel-Lalemant de Sorel-Tracy alors qu’il n’avait que 12 ans.

Publicité
Activer le son

Selon le document présenté en Cour supérieure pour l’autorisation d’exercer une action collective et être représentant, le Demandeur, A.B., est un homme aujourd’hui âgé de 68 ans. Toutes les semaines, il vendait de porte à porte des billets de mini-loterie. Un jour, il s’est présenté à la secrétaire de l’église Saint-Gabriel-Lalemant pour lui proposer d’acheter des billets. Cette dernière lui a dit d’aller voir le curé. Il s’est alors rendu dans un bureau où se trouvait un homme qui lui a offert 5 $ s’il acceptait de le regarder se masturber. L’homme en question s’est alors masturbé devant A.B. et lui a remis 5 $ après avoir éjaculé.

Au cours des années, le Demandeur a développé, entre autres, de l’anxiété, de la méfiance, de la colère et de l’irritabilité, de l’isolement, une dysfonction sexuelle, un comportement délinquant, un rejet de l’autorité et de la religion, des problèmes relationnels de couple et familiaux ainsi que des périodes de dépression.

Il a commencé à boire à l’âge de 15 ou 16 ans pour ensuite souffrir d’alcoolisme jusqu’en 1988. Il a abandonné son parcours scolaire à la fin de l’adolescence pour terminer son cinquième secondaire à la quarantaine. Il a fait quatre ou cinq tentatives de suicide et doit prendre des médicaments tous les soirs pour trouver le sommeil.

Trouver d’autres victimes

A.B. a choisi d’intenter une action collective afin de donner accès à la justice à ceux qui n’auraient pas pu le faire autrement, et leur permettre de se manifester en toute confidentialité.

Les victimes désirant s’inscrire à cette action peuvent déjà le faire de façon gratuite et confidentielle en contactant le cabinet Arsenault Dufresne Wee, par courriel au actioncollective@adwavocats.com ou par téléphone au 514 527-8903.

L’action collective concerne le territoire du Diocèse de Saint-Hyacinthe, comprenant la région de Sorel-Tracy, pour des faits survenus entre 1940 et aujourd’hui. A.B. demande en tout 600 000 $ au diocèse à titre de réparation.

Quiconque a été agressé sexuellement entre le 1er janvier 1940 et aujourd’hui par un membre du clergé, un employé ou un bénévole, laïc ou religieux, se trouvant sous la responsabilité du Diocèse de Saint-Hyacinthe, peut s’inscrire à l’action collective.

Le Diocèse au fait des agressions?

Avec cette action, le Demandeur entend faire trancher des questions de fait et de droit pour établir, entre autres, si des membres du clergé, des employés ou des bénévoles ont agressé sexuellement des membres du groupe de l’action collective, si le Diocèse est responsable des ses agressions sexuelles et s’il les a camouflées.

Également, A.B. souhaite faire trancher si le Diocèse a omis d’instaurer des politiques ou de prendre des mesures propres à prévenir ou à faire cesser les agressions sexuelles.

Dans le document, il est mis de l’avant par la partie du Demandeur que ce sont précisément les fonctions et lieux de travail assignés au curé de l’église Saint-Gabriel-Lalemant qui lui ont permis de développer des liens d’intimité avec ses victimes et de gagner leur confiance, favorisant un climat propice à la perpétration d’agressions sexuelles.

Outre le Diocèse de Saint-Hyacinthe, le cabinet d’avocats mène des actions collectives pour agressions sexuelles au sein de plusieurs congrégations et diocèses. Plus de 800 victimes se sont inscrites dans les différents recours.

image