21 octobre 2021
Hausse marquée de l’achalandage au niveau touristique
« Je pense qu’on a battu des records dans la région » – Roxanne Dugas, Tourisme région Sorel-Tracy
Par: Katy Desrosiers

Le kayak est une des activités qui a attiré des visiteurs dans la région pendant la saison estivale. Photo Nomade Magazine

Cet été, le Gib Fest s’est tenu sur plusieurs fins de semaine et a majoritairement axé sa programmation sur des spectacles d’artistes locaux. Photo Prêts pour la route

Les activités en plein air ont été particulièrement populaires cet été. Photo parMo

L’été 2021 a été particulièrement occupé pour les entreprises touristiques de la région. La directrice générale de Tourisme région Sorel-Tracy, Roxanne Dugas note que plusieurs entreprises ont constaté une forte hausse d’achalandage et que l’engouement pour le plein air était sans pareil.

Publicité
Activer le son

Avec la pandémie, les Québécois ont davantage visité des attraits locaux. En plus, cette année, les mesures sanitaires étaient allégées comparativement à l’été dernier.

« Le ministère du Tourisme a dévoilé un communiqué qui dit que c’était un été super performant. Je l’ai vu aussi. Je pense qu’on a battu des records dans la région, comme partout au Québec », souligne la directrice.

Comme chaque année, l’équipe de Tourisme région Sorel-Tracy a fait parvenir un sondage à ses membres. Mme Dugas a reçu les réponses de 17 de ses 65 membres.

Une question demandait de quantifier l’achalandage pour la saison. Roxanne Dugas a pris la peine d’ajouter l’option très forte hausse (plus de 20 %) au sondage. D’habitude, le dernier choix était forte hausse (entre 11 % et 20 %).

« Une chance que j’ai ajouté l’option très forte hausse parce que 29 % ont répondu ça. Pour la forte hausse, c’est 18 % et pour la hausse moyenne (de 6 % à 10 %), c’est 24 %. Personne ne m’a dit avoir eu une baisse », affirme la directrice. Il y a également 23 % des répondants qui ont connu un achalandage comparable à l’an dernier.

Selon les réponses cumulées, 58 % de l’achalandage provenait de gens de la région et 41% de gens de l’extérieur. Mme Dugas avance que le résultat évolue depuis les deux dernières années et que de plus en plus de gens de la région visitent les entreprises du coin.

Pour la provenance des visiteurs de l’extérieur, la région en première place est la Montérégie, suivie en seconde place du Grand Montréal et en troisième place du Centre-du-Québec. Toutefois, les régions de la Montérégie et du Grand Montréal à elles seules constituent 85 % des visiteurs.

« C’est une bonne saison. Oui il y a la COVID, mais ça fait trois ans qu’on fait énormément d’efforts. Peut-être qu’on commence à voir les résultats, en tout cas, je l’espère. Et on est dans le bon créneau. On est dans le Grand Montréal et c’est un grand bassin. On a tout en main pour continuer de recevoir autant de monde », mentionne Mme Dugas, tout en demeurant prudente puisque les chiffres du sondage ne représentent que quelques membres.

Le plein air est roi

Les activités les plus populaires cet été étaient inévitablement celles de plein air.

« Tout ce qui est kayak, canot, paddleboard, depuis l’an passé, c’est en forte demande. Je pense que ceux qui ont eu plus de difficulté sont les activités à l’intérieur comme les centres d’exposition », soutient Mme Dugas.

La saison a aussi été excellente pour le camping, les marinas et les activités agrotouristiques locales.

Pour les événements, Roxanne Dugas croit que le calendrier local était plus rempli que par le passé.

Au niveau de l’hébergement, la directrice avoue qu’il a toujours été difficile de convaincre les gens de dormir dans la région. Mais du côté de Parcs Canada, la saison de location des tentes oTENTik a été exceptionnelle. Lancée au Lieu historique national du Canal-de-Saint-Ours il y a trois ans et ayant connu une pause l’an dernier en raison de la pandémie, l’initiative avait eu des débuts difficiles.

« Ils sont habitués que le prêt-à-camper partout au Canada, ça se loue tout seul dans les parcs nationaux. Mais ici, c’était un défi de faire coucher les gens à Saint-Ours. Ce n’est pas un parc national. Mais cette année, ils sont contents, c’était tout le temps loué », lance Roxanne Dugas.

À l’Hôtel de la Rive, la situation semblait bien aller. « J’ai parlé à Robert [Faithfull, propriétaire de l’Hôtel de la Rive] à la mi-été et ça allait bien leur affaire. Ils vont chercher beaucoup de nuitées avec le spa », souligne-t-elle.

L’initiative du gouvernement avec les Passeports Attraits, qui permettait à des entreprises de se regrouper pour offrir des forfaits, a été bénéfique entre autres pour Statera. Comme les forfaits étaient à rabais pour le consommateur, le gouvernement payait la différence aux entreprises. Avec le tout, Statera a réussi à tirer son épingle du jeu, selon Mme Dugas.

Un intérêt marqué pour la région

Pour la période du 23 juin au 5 septembre, Roxanne Dugas note une augmentation de 89 % du nombre de visites sur son site Internet comparativement à la même période en 2019. La comparaison n’a pas été faite avec 2020 puisqu’aucune campagne de promotion n’avait été déployée.

Toujours pour juin à septembre, Mme Dugas constate environ 100 000 utilisateurs, soit une moyenne de 1300 par jour. Du jamais-vu selon elle. Il a même fallu augmenter la bande passante du site Internet pour pouvoir accueillir tous les visiteurs virtuels.

Cette année, Tourisme région Sorel-Tracy a aussi collaboré avec des créateurs de contenu spécialisés en conseils voyage. En plus de publications sur les réseaux sociaux, des articles de blogues ont été écrits, ce qui pourra être utilisé comme carte de visite dans les années à venir. Au 30 septembre, la portée totale de la campagne de création de contenu était évaluée à 687 077 personnes atteintes.

Malgré la bonne saison, Roxanne Dugas croit qu’un des défis pour les prochaines années sera de convaincre les gens de continuer à pratiquer des activités de plein air et surtout, de choisir la région pour les pratiquer.

L’industrie touristique aussi affectée par la pénurie de main-d’œuvre

Malgré une bonne saison touristique, la difficulté de recruter de la main-d’œuvre est un enjeu qui vient souvent aux oreilles de la directrice de Tourisme région Sorel-Tracy, Roxanne Dugas.

Même si situation n’est pas exclusive à la région, elle demeure préoccupante.

Roxanne Dugas affirme que dans le sondage qu’elle a envoyé à ses membres, la problématique de recrutement revenait à quelques reprises dans les commentaires.

Elle note que la pénurie est marquée entre autres chez les restaurateurs. Pendant le Gib Fest, des restaurateurs devaient fermer tôt même s’il y avait de l’achalandage, justement parce qu’ils manquaient de personnel.

Des gens qui souhaitaient organiser des soirées sous une formule 5 à 7 dans la région avaient de la difficulté puisque les salles de réception n’ont pas assez d’employés.

« Et là, c’est l’œuf ou la poule. Si tu n’as pas d’événements, tu ne peux pas garder ton staff », souligne Mme Dugas.

Outre que pour le milieu de la restauration, Roxanne Dugas n’a pas eu vent que la problématique de recrutement était marquée pour d’autres domaines. « Le camping, ça génère par mal d’employés, mais ça avait l’air quand même correct », avance-t-elle.

Par contre, elle rappelle que plusieurs entreprises touristiques sont des micro-entreprises qui nécessitent à la base peu d’employés.

Pour aider à régler la problématique de pénurie de main-d’œuvre, elle souligne que le ministère du Tourisme, le Conseil québécois des ressources humaines en tourisme et des collèges déploient une importante campagne pour ajuster la situation.

image