19 janvier 2023
« Je suis très reconnaissant d’avoir représenté mon pays » – Philip-Michaël Pinard-Devos
Par: Alexandre Brouillard

Philip-Michaël Pinard-Devos, en compagnie de son coéquipier québécois du HC Ajoie Jérôme Gauthier-Leduc, à la Coupe Spengler. Photo tirée de Facebook

Après avoir touché son rêve du bout des doigts l’an dernier, Philip-Michaël Pinard-Devos a finalement représenté le Canada à la Coupe Spengler disputée à Davos, en Suisse, du 26 au 31 décembre 2022.

Publicité
Activer le son

Après plus de 10 ans à jouer au hockey professionnel, Philip-Michaël est reconnaissant de pouvoir gagner sa vie en pratiquant son sport favori. Malgré tous les succès qu’il connaît en Europe depuis 2014, le hockeyeur sorelois caressait toujours un rêve, celui de représenter le Canada sur la scène internationale. « Quand on est tout petit, on veut remporter la Coupe Stanley, mais porter le maillot de son pays était un rêve pour moi », confie-t-il au bout du fil en direct d’Ajoie, en Suisse.

À l’automne 2021, l’électrisant attaquant avait été appelé pour représenter son pays à la Coupe Spengler, la plus ancienne compétition internationale de hockey après celle de la Coupe Stanley. Le tournoi n’avait toutefois pas eu lieu en raison de la pandémie.

En 2022, après une première moitié de saison du tonnerre en National League, la meilleure ligue suisse, le Sorelois a de nouveau été appelé à représenter l’unifolié en 2022 à la Coupe Spengler. « Je suis très reconnaissant d’avoir représenté mon pays, admet-il. Honnêtement, à ce stade-ci de ma carrière, je ne pensais pas que ça allait arriver. »

Malgré sa surprise, Philip-Michaël n’avait pas laissé le choix aux dirigeants de la formation canadienne de le sélectionner, alors qu’il a été le meilleur pointeur du circuit helvétique en début de saison.

D’ailleurs, après 36 matchs disputés cette saison avec le HC Ajoie, l’attaquant cumule 8 buts et 25 passes (33 points), un dossier bon pour le 10e rang des meilleurs pointeurs du circuit. Il devance d’anciens joueurs de la Ligue nationale de hockey, comme David Desharnais (23 points) et Markus Granlund (27 points).

Au final, le Sorelois a participé à une rencontre de l’équipe canadienne, qui a subi trois défaites en autant de matchs durant la Coupe Spengler. « On n’a pas joué de mauvais matchs. On n’est seulement pas arrivé à marquer. Mais on n’avait pas une vilaine équipe. Malgré tout, je crois que c’est un beau tremplin pour le reste de ma saison », détaille Pinard-Devos.

Une deuxième saison en National League

Après une première saison compliquée en National League l’an dernier, terminant dernier du classement avec seulement six victoires en 51 matchs, le HC Ajoie ne fait guère mieux cette saison. Après 36 matchs joués, la formation jurassienne n’a signé que sept victoires et occupe encore le dernier rang du circuit.

« Ce n’est jamais facile d’être dernier, admet Philip-Michaël. On voudrait que notre deuxième saison en National League se passe mieux, mais ce n’est pas évident pour nous. On a connu énormément de blessures cette saison. »

Néanmoins, Ajoie semble reprendre du poil de la bête dernièrement avec quatre victoires à ses six derniers duels. « Le changement d’entraîneur a donné de l’énergie aux gars. On joue beaucoup mieux », soutient l’hockeyeur.

Avec 15 matchs à disputer cette saison, le HC Ajoie devra cumuler les victoires pour éviter la relégation en Swiss League. Pour l’instant, Philip-Michaël Pinard-Devos se concentre sur les prochains matchs. « Je ferai tout pour permettre à mon équipe de gagner », conclut-il.

image