10 mars 2022
Malgré ses nombreuses implications et un travail qu’elle adore
« La famille a toujours été ma priorité » – Patricia Salvas
Par: Jean-Philippe Morin

Patricia Salvas travaille chez Lussier à Sorel-Tracy depuis mai 2013, en plus d’être impliquée à la Fondation du Cégep et à la Chambre de commerce. Photo Jean-François Mongeon

Selon ses dires, Patricia Salvas est une femme accomplie. Mais pour se rendre où elle est présentement, elle a dû faire des choix. Des choix qu’elle ne regrette nullement, au contraire. Portrait de cette femme de 44 ans, impliquée un peu partout, qui a toujours priorisé sa famille.

Publicité
Activer le son

« D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été impliquée dans tout, mentionne-t-elle. Je pense que ç’a commencé au comité du bal de finissants (rires). Ensuite, c’était sur le conseil d’administration du CPE de mon plus vieux, puis au conseil d’établissement de son école. J’ai toujours aimé toucher à tout et en plus, je le faisais pour mes enfants. […] Il y en a que leur passion, c’est les sports, les arts… moi c’est m’impliquer! »

Mère d’un garçon et d’une fille qui sont aujourd’hui de jeunes adultes, Patricia Salvas a continué de s’investir dans le milieu scolaire en 2017, lorsque son aîné est entré au Cégep de Sorel-Tracy. Elle est donc devenue, en novembre 2017, administratrice à la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy. Depuis un an, elle est présidente du conseil d’administration, après avoir été réélue à ce poste il y a quelques semaines. « Je suis vraiment fière d’être la première femme présidente de la Fondation du Cégep. C’est encore plus spécial puisqu’elle a été créée par André Lussier, mon employeur », indique-t-elle.

Puis en septembre 2019, Mme Salvas a choisi d’intégrer le conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy, comme administratrice, pour être en lien direct avec son rôle de gestionnaire chez Lussier.

Tout cela est sans oublier son implication comme conseillère municipale à Saint-Robert. Élue dans une partielle en 2007, elle y restée pendant 10 ans, puis a décidé de ne pas se représenter en 2017. « En politique municipale, on a le sentiment qu’on peut faire bouger les choses, c’est très concret. Quand je vois que certains bâtiments sont CERTIFIÉS FAMILLE, je me dis qu’il y a un peu de moi là-dedans parce que c’est une idée que Véronique Massé et moi avions eue à la MRC. »

Et la famille dans tout ça?

En plus de toutes ces implications, la plupart étant bénévoles, Patricia Salvas a un travail qui prend beaucoup de son temps chez Lussier. Depuis le 1er février dernier, elle est directrice principale – service à la clientèle, ce qui va l’amener à voyager un peu partout au Québec.

« Je n’aurais jamais fait ça il y a 15 ans, mais maintenant que mes enfants sont plus vieux, c’est un défi qui me stimule grandement. Je crois que c’est important d’avoir une vie familiale accomplie, mais c’est aussi important de s’accomplir au travail. Lussier m’a beaucoup permis ça », souligne-t-elle.

D’ailleurs, elle ne se gêne pas pour dire que dans le passé, elle a eu « des décisions à prendre » lorsque la conciliation travail-famille n’était pas optimale. « J’ai choisi de faire deux pas en arrière pour mieux avancer. La famille a toujours été ma priorité. J’ai d’ailleurs toujours choisi mes employeurs en fonction de la conciliation travail-famille. Jusqu’en 2013, je travaillais quatre jours par semaine. Plus mes enfants ont grandi, plus j’ai eu du temps pour m’impliquer », souligne-t-elle.

Mme Salvas se considère chanceuse de compter sur un conjoint compréhensif. « Chez nous, c’est 50-50. On fait tout en équipe. Il en fait plus à la maison quand je suis occupée au travail et vice-versa, on se complète bien. On a aussi de très bons enfants, on n’a pas eu à gérer des troubles de comportement ou quoi que ce soit », ajoute-t-elle.

La femme de 44 ans insiste : il est important d’avoir un bon équilibre dans la vie pour réussir. « On peut être une femme de famille et une femme qui se donne au travail. C’est important de dire qu’un n’éclipse pas l’autre. Il ne faut pas oublier les temps libres avec les amies aussi! Je ne suis pas du genre boulot-métro-dodo, je pense qu’il est important de s’accomplir dans toutes les sphères de sa vie », conclut-elle.

image