29 mars 2022
La région est prête à accueillir des réfugiés ukrainiens
Par: Katy Desrosiers

Le député Louis Plamondon, le porte-parole du Chantier, Mario Fortin, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, la directrice générale du CSMO-Montérégie Marie-France Charbonneau et le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Sylvain Dupuis. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

La grande région de Sorel-Tracy s’est mobilisée en un temps record afin d’accueillir des réfugiés ukrainiens. Municipalités et organismes ont rapidement levé la main pour venir en aide à cette communauté et déjà, des mesures sont en place.

Publicité
Activer le son

Le Comité sectoriel de la main-d’œuvre de la métallurgie (CSMO-Métallurgie) a récemment lancé l’appel à ses partenaires, dont le Chantier d’attraction de la main-d’œuvre Sorel-Tracy et sa région, afin de mettre en œuvre des actions pour accueillir des réfugiés. Le Chantier s’est tourné vers la communauté et rapidement, les appuis sont venus de partout : la Ville de Sorel-Tracy, la MRC de Pierre-De Saurel, les députés de la région, plusieurs organismes et organisations œuvrant, par exemple en aide alimentaire, en éducation, en santé, en immigration, en francisation et en employabilité, etc.

Quatorze villes ont reçu le statut de première destination pour l’accueil d’Ukrainiens. Le maire Serge Péloquin assure que la Ville de Sorel-Tracy a toutes les ressources nécessaires pour en faire partie, elle aussi.

« Soyons accueillants, rassurants, facilitants et surtout, chaleureux avec les gens qui arriveront sur notre territoire », ajoute le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel, Sylvain Dupuis.

Le député Louis Plamondon a déjà reçu une vingtaine de courriels et d’appels de gens intéressés à accueillir temporairement ou de manière plus permanente des familles. Des pourparlers sont en cours avec une résidence pour personnes âgées au centre-ville dans laquelle 30 chambres sont présentement disponibles avec accès à une salle de bain et une cuisine. Ce lieu pourrait servir de lieu d’accueil temporaire.

Des familles ukrainiennes de la région sont aussi prêtes à épauler le mouvement. Les citoyens et les familles d’origine ukrainienne de la région qui souhaitent contribuer à l’effort, entre autres au niveau de l’hébergement, de la traduction ou du transport, peuvent contacter la Ville au 450 780-5600, poste 0.

Impossible de dire combien de réfugiés viendront dans la région mais, le maire est confiant.

« On croit qu’après avoir livré le message qu’on a les organisations, des gens de cœur pour les accueillir, on devrait avoir un bon nombre de gens qui vont choisir la région », assure M. Péloquin.

Tout faire pour bien accueillir

Le porte-parole du Chantier, Mario Fortin, rappelle que même si l’Ukraine est loin, elle demeure proche d’une certaine manière. Il nomme comme exemple sa collègue Irina Oprea, originaire de la Moldavie, un pays limitrophe avec l’Ukraine. Sa famille y demeure encore. Il nomme son autre collègue Hanna Horbanova et ses deux enfants, originaires de l’Ukraine, qui habitent la région depuis quelques années. Leur famille est encore en Ukraine.

« Vous aurez probablement la pertinente question à savoir si nous sommes vraiment prêts à accueillir des Ukrainiens par milliers. Je vous répondrai par cette simple question : pensez-vous que ce peuple était prêt à cette guerre, à devoir quitter famille, pays et amis? Évidemment que non, nous ne sommes pas parfaitement prêts. Qui le serait et qui aurait pu prévoir? La bonne question à se poser, il me semble, c’est : est-ce que collectivement nous sommes prêts à mettre tout ce qu’il faut en place pour être capables de les accueillir convenablement? Je pense que la réponse est clairement oui », a adressé M. Fortin lors de l’annonce de la mobilisation le 22 mars.

image