19 janvier 2022
Le bâtiment du CAB subira une cure de jeunesse
Par: Katy Desrosiers

Le bâtiment abritant le CAB devra subir des travaux majeurs de remise aux normes pour assurer l’accessibilité des bénéficiaires. Photo Les 2 Rives ©

Intouché depuis plusieurs années, le bâtiment qui abrite Centre d’action bénévole (CAB) du Bas-Richelieu sur la rue Elizabeth subira plusieurs travaux afin d’être remis aux normes et accessible à tous.

Publicité
Activer le son

Dès son arrivée comme directeur général du CAB, Ando Andrianady a remarqué que les bénéficiaires devaient faire la file à l’extérieur.

« Déjà les gens ont le courage de venir chercher de l’aide alimentaire, mais ils sont exposés aux yeux de tous. Je trouvais que ce n’est pas la meilleure chose qui peut arriver. J’avais mentionné au CA (conseil d’administration) qu’il fallait vraiment regarder au niveau du bâtiment afin qu’il y ait une salle d’attente au sous-sol », explique-t-il.

L’organisme souhaite aussi assurer une meilleure confidentialité à l’intérieur. Actuellement, des bureaux ont des murs incomplets qui ne se rendent pas jusqu’au plafond. Les conversations entre les bénéficiaires et les employés ne sont donc pas toujours privées.

Le bâtiment, qui date des années 60, a des planchers désuets et des murs en mauvais état. Aussi, des bénéficiaires à mobilité réduite ne peuvent y accéder. Des interventions doivent parfois se faire à l’extérieur.

Les travaux, estimés pour l’instant à 1 130 000 $, sont divisés en quatre volets. Un montant de 174 000 $ est prévu pour le maintien du bâtiment. Une somme de 391 000 $ ira pour la mise aux normes de l’édifice. Également, 330 000 $ sont prévus pour l’accessibilité, soit l’installation d’un monte-personne extérieur qui permettra l’accessibilité sur tous les paliers. Finalement, 235 000 $ sont réservés pour le volet dignité et confidentialité.

Ces quatre volets se réaliseront à court terme. Il est aussi prévu d’investir 355 000 $ sur 10 ans pour des travaux au niveau de la coquille extérieure, soit les fenêtres et la toiture.

Pendant les travaux intérieurs, qui dureront environ six mois, l’organisme devra être relocalisé, probablement dans plusieurs locaux. Mais le déménagement temporaire n’est pas prévu avant l’an prochain.

Actuellement, les plans et devis sont finalisés et des discussions s’entament avec la Ville de Sorel-Tracy, à qui appartient le bâtiment, pour que le CAB devienne propriétaire.

L’organisme a formé un groupe d’ambassadeurs composé du président-directeur général d’Aciers Richelieu, Éric Durand, de l’homme d’affaires Jean Cournoyer, du directeur général de la caisse Desjardins Pierre-De Saurel, Pierre Desgranges et du maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

Il aura la mission de dénicher des contacts pour l’obtention de matériaux de construction et d’aller chercher des fonds si une campagne de financement est lancée.

Plus de la moitié du montant total prévu des travaux est déjà amassé, grâce entre autres à des subventions.

image