26 octobre 2021
Le CTTÉI lance un outil pour aider les entreprises avec leurs déchets
Par: Jean-Philippe Morin

Le Guide de caractérisation des matières résiduelles comprend 70 pages et est disponible sur le site web du CTTÉI. Photo capture d’écran

Le Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI) publie un Guide des meilleures pratiques – Caractérisation des matières résiduelles pour aider concrètement les entreprises à mesurer leur production de résidus.

Publicité
Activer le son

Publié cet automne par le CTTÉI, le Guide de caractérisation des matières résiduelles, qui comprend 70 pages, fournit aux entreprises et aux organisations une méthodologie simple pour mesurer leur production de résidus.

Ce Guide s’accompagne en outre d’une boite à outils pour échantillonner et caractériser les matières résiduelles en entreprise. Ces outils guident les gestionnaires et responsables dans la compilation, puis le calcul de leurs données de gestion de matières résiduelles (GMR).

La caractérisation permet d’obtenir un portrait quantitatif et qualitatif des matières résiduelles générées, récupérées et jetées par catégories de matières. C’est un grand pas pour toute entreprise qui souhaite améliorer sa gestion des matières, entreprendre de nouvelles démarches de GMR, ou encore obtenir une certification.

Élaboré dans le cadre de la Chaire de recherche en écologie industrielle et territoriale (CRÉIT), avec la collaboration de Stratzer, anciennement Chamard stratégies environnementales et RECYC-QUÉBEC, le guide peut être téléchargé et consulté au www.cttei.com/guide-caracterisation-des-matieres-residuelles/.

« On dit souvent : si on ne peut pas le mesurer, on ne peut pas l’améliorer. Notre outil permet aux entreprises d’établir un juste état des lieux pour prendre des décisions éclairées. Ainsi, elles peuvent plus facilement partir d’un point X et mesurer leur progression », explique Julien Beaulieu, titulaire de la Chaire CRSNG de recherche sur l’écologie industrielle et territoriale pilotée par le CTTÉI et le Cégep de Sorel-Tracy.

« Connaitre ses résidus constitue un élément essentiel dans le processus d’amélioration de sa performance. Cela devient un incontournable pour répondre aux exigences d’un système de gestion environnementale ou d’un programme de reconnaissance », renchérit Francis Fortin, président de Stratzer, qui rencontre souvent ce besoin auprès de ses clients.

« En mettant un chiffre sur une intuition, on peut mettre des moyens sur une volonté! Identifier le type de déchet peut-être un préalable à la réduction à la source, mais aussi à la mise en place de stratégie d’économie circulaire. Il est essentiel de connaître ses gisements pour ensuite les mettre à la disposition des autres », mentionne Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC, organisation qui a une vaste expérience dans ce domaine et qui l’a mise à contribution lors de la rédaction du Guide.

Elle précise d’ailleurs que « dans le programme ICI on recycle+, RECYC-QUÉBEC demande une mise à jour des données de caractérisation tous les trois ans. D’où l’importance d’avoir des outils pour mesurer et calculer adéquatement ces données. »

image