11 mai 2022
Victime collatérale d’un incendie criminel
Le Maraîcher du Village dénote plusieurs milliers de dollars en pertes
Par: Alexandre Brouillard

Carl Snyder et Véronique Beaudreault demandent l’aide de la population, eux qui ont perdu du matériel à l’aube de leur saison. Photo Les 2 Rives ©

Les propriétaires de l’entreprise Le maraîcher du Village, Véronique Beaudreault et Carl Snyder, ont perdu plusieurs milliers de dollars en matériel lorsqu’un incendie s’est déclaré le 13 avril dernier dans le garage détaché qu’ils louent sur le chemin Saint-Roch, à Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

Dévastés par l’événement, les deux producteurs maraîchers doivent composer avec du matériel en moins et beaucoup de tracas en tête, alors qu’ils doivent bientôt commencer à travailler la terre s’ils veulent offrir des légumes à leurs clients cet été.

« Pour l’instant, on évalue nos pertes à plus de 15 000 $. C’est surtout du matériel qu’on va avoir besoin en début de saison, comme des rouleaux de paillis de plastique, des pots qui sont nécessaires pour démarrer nos plants en serre et même de la machinerie. C’est beaucoup pour des petits producteurs maraîchers », indique Véronique Beaudreault.

Il y a plus de 14 ans, Mme Beaudreault et Carl Snyder ont démarré leur entreprise à partir de zéro. N’étant pas originaires du milieu agricole, ils ont appris les rudiments du métier par eux-mêmes. Au fil des années, ils ont réussi à s’équiper afin d’optimiser leurs différents processus. Initialement installé à Sainte-Anne-de-Sorel, le couple a déménagé l’entreprise au 17 645, chemin Saint-Roch, Sorel-Tracy, il y a deux ans.

En plus du garage, le brasier a aussi ravagé la voiture du couple. « Personnellement, je ne crois pas qu’on était visé par l’incendie, mais c’est certain que c’est criminel. On en paye les frais par la bande », avance Mme Beaudreault, en ajoutant que par chance, le kiosque à légumes et la serre ont été épargnés par les flammes.

Alors que l’incendie était considéré comme suspect par le Service de protection et d’intervention d’urgence de Sorel-Tracy, l’enquête avait été transférée à la Sûreté du Québec (SQ). Rejoint par le journal Les 2 Rives la semaine dernière, le service de police n’a pas fourni davantage de détails, spécifiant que l’enquête est toujours en cours.

L’aide des citoyens demandée

Alors que les deux producteurs maraîchers s’affairent à compléter les démarches auprès de la compagnie d’assurance, ils demandent l’aide des Sorelois pour réussir à bien démarrer leur saison d’activités.

« On a besoin de leur encouragement au niveau de l’achat de plants via notre boutique en ligne et à notre kiosque cet été. On souhaite que les gens nous encouragent pour qu’on soit capable de se sortir rapidement la tête de l’eau », mentionne Mme Beaudreault.

La situation est d’autant plus compliquée pour le couple puisqu’il est locataire de l’endroit. « Nous louons les terres et le garage. Donc au niveau des assurances, c’est plus compliqué », note la maraîchère.

Pour s’assurer de survivre au début de saison et aux délais administratifs de la compagnie d’assurance, Véronique Beaudreault mettra en vente des cartes prépayées en ligne au www.lemaraicherduvillage.com.

« Ces cartes nous permettront d’avoir de l’argent présentement pour qu’on puisse acheter les choses qui nous manquent pendant que la situation se règle. Je comprends que l’enquête se poursuit, mais on doit être en mesure de planter nos cultures dans le champ malgré tout », conclut Véronique Beaudreault.

image