17 février 2022
Le Pôle d’enseignement supérieur en petite enfance de la Montérégie est lancé
Par: Katy Desrosiers

Reconnaître, le Pôle d’enseignement supérieur en petite enfance de la Montérégie vise l’implantation des meilleures pratiques dans le milieu de la petite enfance. Photothèque | Les 2 Rives ©

Reconnaître, le Pôle d’enseignement supérieur en petite enfance de la Montérégie, a officiellement été dévoilé le 7 février. L’initiative a pour but de contribuer à l’implantation des meilleures pratiques dans le milieu de la petite enfance.

Publicité
Activer le son

Reconnaître vise à bonifier les programmes de formation pour actualiser les compétences professionnelles des futur.e.s et actuel.e.s intervenantes et intervenants. Sept cégeps et quatre universités sont présents en Montérégie. Le Pôle animera des espaces de collaboration entre eux et travaillera avec des acteurs clés pour offrir des formations en petite enfance encore plus adaptées aux besoins de la région.

L’initiative constitue une réponse forte et concertée aux enjeux et aux besoins dans le domaine de la petite enfance exprimés par les acteurs de la Montérégie. Son action est aussi centrée sur l’amélioration de l’accessibilité à la formation en enseignement supérieur et une meilleure adéquation formation-emploi.

« Les enjeux liés aux besoins des tout-petits, à la formation de qualité en petite enfance ainsi que la concertation régionale et l’interordre, sont intimement liés à la mission du Pôle Reconnaître lequel apportera, en ce sens, des solutions pragmatiques et appuyées sur des données probantes », soutient la co-présidente de Reconnaître et directrice générale du Cégep de Sorel-Tracy, Stéphanie Desmarais.

Faire rayonner des initiatives

La directrice de Reconnaître, qui était auparavant directrice des études du Cégep de Sorel-Tracy, Marie-Claude Pineault, explique que parmi les projets à venir, il y aura des appels de projets concentrés sur la recherche et pour des activités d’animation terrain.

« On est à la veille de lancer dans les établissements un appel de projets qui encadre comment, par exemple, on peut aider le personnel enseignant dans les collèges pour amener certains concepts comme la vulnérabilité des enfants », mentionne-t-elle.

L’idée est également de soutenir des initiatives et des projets déjà en branle sur le terrain. « Le Pôle veut être une vitrine pour faire connaître les ressources qui existent et les partager pour que tout le monde puisse s’enrichir avec le travail des autres », ajoute Mme Pineault.

La co-présidente de Reconnaître et vice-rectrice adjointe aux études de premier cycle et formation continue de l’Université de Montréal, Sylvie Normandeau, affirme que la création duPôle arrive au bon moment, alors que le ministère de l’Enseignement supérieur fait connaître une nouvelle version du programme collégial en 2023-2024. Ce sera donc l’occasion, selon elle, de regrouper collèges, cégeps et universités pour ajuster le programme aux enjeux régionaux.

Le milieu politique se réjouit

La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, remercie les intervenants pour leur travail et avance que l’arrivée du pôle est une réponse concrète à la pénurie de main-d’œuvre dans le milieu. « Nous sommes convaincus que les établissements d’enseignement supérieur ont un rôle important à jouer pour faire évoluer la situation positivement », note-t-elle.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, se réjouit de la création de Reconnaître.

« Cette initiative répond concrètement aux besoins actuels sur le terrain et est cohérente avec notre engagement de compléter le réseau pour que chaque enfant du Québec puisse avoir accès à une place et développer leur plein potentiel », précise M. Lacombe.

Le gouvernementdésire recruter 18 000 éducatrices et éducateurs d’ici 2026 et en qualifier 7000 qui sont déjà à l’emploi. Selon l’évaluation rapide de Mme Pineault, la Montérégie compterait environ 30 % de ce manque d’éducatrices et d’éducateurs. Marie-Claude Pineault espère que le Pôle permettra aux établissements de mieux travailler ensemble pour être plus efficaces et ainsi, faire augmenter le nombre d’inscriptions dans les programmes en éducation à l’enfance.

Au Cégep de Sorel-Tracy, le programme technique en éducation à l’enfance est offert sous la formule reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) soit au DEC ou à l’AEC.

image