26 juillet 2022
La Boulangerie française à vendre
Le propriétaire souhaite voir l’entreprise perdurer
Par: Alexandre Brouillard

Le propriétaire de la Boulangerie française, Manuel Fernandez, est fier d’avoir pris la relève de l’entreprise familiale. Photo Alexandre Brouillard | Les 2 Rives ©

Établie à Sorel-Tracy depuis 1959, la Boulangerie française, située au 127, avenue de l’Hôtel-Dieu à Sorel-Tracy, est à vendre. Le propriétaire Manuel Fernandez souhaite trouver un acheteur qui fera perdurer l’institution pour le bonheur de sa clientèle.

Publicité
Activer le son

Né en Espagne d’un père boulanger, Manuel Fernandez est arrivé au Québec à l’âge de 11 ans, en 1964. Durant ses études, il aidait son paternel les soirs et les week-ends à la boulangerie familiale. C’est à l’âge de 20 ans que M. Fernandez a officiellement décidé de faire le saut à temps plein dans l’entreprise.

Maintenant, après plus de 50 ans de carrière, il a décidé de tourner la page et de vendre le fonds de roulement ainsi que le bâtiment de la Boulangerie française. « J’ai décidé de vendre pour des raisons de santé, indique d’emblée l’homme de 70 ans. Mon médecin m’a recommandé de diminuer mes heures de travail. Ça me fait un peu de peine de vendre, mais pas trop non plus, parce que je n’avais pas le choix. Je suis fatigué. »

Selon les informations disponibles sur le site web de Via Capitale, M. Fernandez demande 199 000 $ pour le fonds de roulement de la Boulangerie française. Aussi, il demande 399 000 $ pour la bâtisse commerciale de l’entreprise.

Alors que plusieurs commerces ont été durement touchés par la pandémie lors des derniers mois, Manuel Fernandez affirme avec enthousiasme que la boulangerie a bien traversé cette période tumultueuse.

« Notre commerce se porte très bien, assure le septuagénaire. La clientèle est toujours au rendez-vous. Au comptoir, ça va très bien ainsi qu’avec nos clients restaurateurs. »

Boulanger recherché

Depuis plus de 10 ans, Manuel Fernandez est à la recherche d’un boulanger pour prendre la relève de l’entreprise. Trouver un candidat qui possède tous les atouts nécessaires n’est toutefois pas une mince tâche.

« C’est un métier demandant! J’ai une fille qui a déjà souhaité prendre la relève, mais c’est moi qui n’ai pas voulu. C’est accaparant et il faut travailler de nuit. Je ne voulais pas qu’elle fasse comme moi », explique M. Fernandez.

Malgré les exigences du métier, le propriétaire de la Boulangerie française se dit confiant de trouver un acheteur qui saura faire perdurer cette institution à Sorel-Tracy.

« Je crois être en mesure de trouver un acheteur qui fera perdurer le commerce. On est bien implanté dans la région avec une vingtaine d’employés, dont certains travaillent avec nous depuis plus de 30 ans », conclut Manuel Fernandez, tout en se disant fier d’avoir œuvré plus de 50 ans dans l’entreprise que son père avait fondée.

image