8 mars 2022
Investissement de 14,2 M$ du gouvernement du Québec
L’École secondaire Bernard-Gariépy aura une nouvelle façade
Par: Katy Desrosiers

Le directeur des Services des ressources techniques et du transport scolaire du CSS, Ralph J. Beaulieu, le directeur général du CSS, Christian Lacourse, le député Jean-Bernard Émond et le directeur de l’École secondaire Bernard-Gariépy, Patrick Lamothe. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

La façade du bâtiment comportera du verre de couleur et du béton. Photo Firme Bisson Fortin

Une bonne partie du bâtiment, sur la perspective sud, sera recouverte de verre. Photo Firme Bisson Fortin

Le Centre de service scolaire de Sorel-Tracy recevra 14,2 M$ pour refaire le revêtement de l’École secondaire Bernard-Gariépy qui ne répond plus aux normes et qui s’est fissuré avec les années.

Publicité
Activer le son

Le lundi 7 mars, lors de l’annonce, le député Jean-Bernard Émond, en son nom et celui du ministre de l’Éducation Jean-François Roberge, a dit être fier de cet investissement pour une école d’ici. Il affirme que l’équipe du CSS a travaillé fort pour la réalisation du projet.

M. Émond croit qu’il est primordial d’investir dans les établissements scolaires afin de permettre aux jeunes d’apprendre dans un lieu accueillant, invitant et sécuritaire et aussi, d’attirer de la main-d’œuvre.

« Si on bâtit, rénove, agrandit comme on le fait entre autres à Yamaska, le plus important va toujours rester les gens à l’intérieur. C’est grâce aux enseignantes, enseignants, aux membres du personnel et de la direction que cette belle école prend vie », ajoute-t-il.

Le directeur général du CSS, Christian Lacourse, est heureux que le dossier ait évolué rapidement. « Dans notre monde, c’est un dossier qui peut normalement prendre quelques années avant d’aboutir à un résultat positif, mais grâce au travail de l’équipe et au support de M. Émond et de son équipe, on a eu des réponses positives à l’intérieur d’un an », évoque-t-il.

Le mot qui vient en tête du directeur de l’École secondaire Bernard-Gariépy, Patrick Lamothe, est fierté.

« À l’intérieur des murs, on est déjà fiers de notre école, de ce qui s’y réalise. Là, on va aussi être fiers de notre bâtiment. Ça fait du bien d’entrer dans un bâtiment qui est esthétique, attrayant et qui a de la lumière », admet le directeur.

Il est important, selon lui, que les employés, qui font la différence dans la vie des jeunes, et aussi les 800 élèves, soient fiers de leur environnement. Avec tout ce qu’elle a déjà à offrir, et bientôt une nouvelle façade, M. Lamothe croit que l’école n’a rien à envier aux autres.

Une apparence moderne

L’école fêtera ses 50 ans en 2022. Avec le gel et le dégel, le béton s’est microfissuré en surface, puis l’armature de métal a été atteinte par l’eau. Le métal a corrodé et pris de l’expansion pour provoquer des fissures prématurées plus apparentes. Depuis 2018, des travaux ont été faits pour, entre autres, colmater les fissures et s’assurer qu’il n’y ait pas de problématique de sécurité.

« Là, on est à une étape charnière où on ne peut plus continuer à maintenir le revêtement dans l’état qu’il est, on doit procéder à un remplacement complet », explique le directeur des Services des ressources matérielles et du transport scolaire, Ralph J. Beaulieu.

M. Lacourse mentionne que comme le bâtiment sera éventuellement reconnu comme patrimonial au niveau de la Ville, le choix de revêtement était complexifié. Le projet final comprendra 90 % de matériaux de classe un, dit nobles, principalement des petits panneaux de béton et du verre. Le 10 % restant sera du revêtement métallique.

Les projections actuelles de l’extérieur du bâtiment sont réalisées par la firme Bisson Fortin. L’appel d’offres afin de recruter une firme d’architectes accompagnée d’ingénieurs pour réaliser les plans et devis sera lancé dans la semaine du 13 mars 2022. Ces plans devront être reçus au plus tard le 12 décembre 2022. La signature du contrat avec un entrepreneur est anticipée vers le 10 mars 2023 et avec les délais d’approvisionnement en matériaux de 8 à 12 mois, la réception de ceux-ci devrait se faire au printemps 2024. D’ici là, des inspections seront réalisées pour qu’il n’y a aucun problème de sécurité.

La question de la fenestration sera également analysée afin de faire entrer davantage de lumière naturelle. À certains endroits, des ouvertures passeront de 100 % à 225 %.

image