27 juin 2022
Les belles d’hier pour les amateurs de voitures antiques
Par: Stéphane Martin

Les cafés-rencontres Les belles d’hier sont un succès d’année en année. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

En ayant l’idée de réunir au centre-ville de Sorel-Tracy des passionnés de voitures antiques, Pierre Cartier était loin de se douter de l’ampleur du succès qu’il allait obtenir. Ainsi, les cafés-rencontres Les belles d’hier attirent plus d’une centaine de voitures chaque édition.

Publicité
Activer le son

« C’est la quatrième année qu’on organise le tout au centre-ville. J’ai toujours eu un faible pour les autos antiques et j’ai toujours été dans l’organisation d’événements. Avant, je produisais le Festival western de Sorel. Puis, je me suis acheté une auto antique et j’ai eu la piqûre. Quand j’ai entendu qu’on voulait revitaliser le centre-ville, j’ai eu l’idée d’organiser des rencontres de passionnés de vieilles voitures. J’en ai parlé à mon entourage et tout le monde trouvait que mon idée était bonne. Je me suis lancé dans l’aventure et ce fut un succès instantané », raconte l’instigateur Pierre Cartier qui travaille de pair avec son ami Mario Bouchard.

Il a été extrêmement surpris de l’engouement des participants et de la population dès la première édition. « Les gens aiment ça et pas à peu près. Tout le monde a embarqué et j’ai été très surpris. Le nombre m’importait peu, mais l’an passé, nous avons eu jusqu’à 160 autos sur le site. Je suis plus que satisfait de notre succès. D’un côté, les propriétaires de ces voitures aiment montrer leur acquisition et de l’autre, les gens sont curieux et aiment apprendre de ces passionnés. Ce sont de belles voitures et ça attire l’œil. Ce qui me surprend, c’est qu’il y a de plus en plus de jeunes qui s’intéressent aux voitures antiques. Je vois particulièrement des jeunes de 25 ans et plus dans nos dernières éditions. C’est nouveau pour moi. »

Il n’est pas nécessaire d’être un grand connaisseur de voitures et de mécanique pour trouver son compte lors de ces cafés-rencontres. « C’est une franche camaraderie qui règne sur place. Chez les propriétaires, c’est l’endroit pour se partager des trucs et trouver des pièces plus difficiles à dénicher. On veut tous s’aider. Pour ceux qui viennent admirer les voitures, il est simple d’entrer en contact avec les propriétaires. La grande majorité est constituée de gens simples qui aiment partager leur passion. Vous pouvez les aborder en leur demandant quel genre de voiture ils possèdent et vous aurez le droit à une discussion inépuisable », ajoute avec humour M. Cartier.

Quatre rencontres sont prévues au cours du prochain mois, soit les 8 et 29 juillet, le 26 août et le 17 septembre au carré Royal de Sorel-Tracy et sur les rues Roi et Augusta. « C’est l’un des plus beaux sites au Québec pour ce genre d’exposition. On dirait que les voitures se fondent dans le décor, autant au carré Royal que dans le secteur du Marché [des arts Desjardins]. Il y a de la place pour tout le monde et on va souhaiter que la restauration soit ouverte. Ç’a été un peu le manque des dernières années », conclut Pierre Cartier.

image