25 janvier 2022
MRC de Pierre-De Saurel
Les esprits s’échauffent concernant la politique culturelle
Par: Alexandre Brouillard

La question de la réintégration de la Ville de Sorel-Tracy dans la politique culturelle a créé quelques tensions lors du dernier conseil à la MRC de Pierre-De Saurel. Photo capture d’écran

Réunis le 19 janvier dernier pour la première séance de l’année du conseil de la MRC de Pierre-De Saurel, les conseillers régionaux ont argumenté concernant la réintégration de la Ville de Sorel-Tracy dans la politique culturelle.

Publicité
Activer le son

À la fin de la séance, lors de l’examen de la correspondance, la présidente du comité régional culturel et mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt, a demandé la lecture d’une lettre envoyée aux municipalités de Sainte-Victoire-de-Sorel et de Saint-Robert par la Ville de Sorel-Tracy concernant la politique culturelle.

Dans cette lettre, la Ville de Sorel-Tracy a informé les deux municipalités qu’aucune demande n’avait été soumise par la MRC pour qu’elle réintègre la politique culturelle, mais qu’elle veillera à se prononcer sur une telle demande lorsqu’elle l’aura reçue de la part de la MRC.

Rappelons qu’en novembre dernier, le conseil municipal de Saint-Robert a adopté une résolution demandant à la MRC de Pierre-De Saurel de discuter avec la Ville de Sorel-Tracy pour qu’elle réintègre la politique culturelle. Une résolution qui avait entre autres été appuyée par la Municipalité de Sainte-Victoire-de-Sorel. Selon Mme De Tonnancourt, les municipalités de Sainte-Anne-de-Sorel et de Saint-Aimé avaient également adressé une lettre à la ville-centre à cet effet.

La mairesse de Yamaska a donc déploré que seulement deux municipalités sur quatre aient reçu cette lettre de la part de Sorel-Tracy. Dès lors, Mme De Tonnancourt a fait la proposition que la MRC envoie une lettre demandant à la Ville de Sorel-Tracy de réintégrer la politique culturelle qu’elle avait résolu de quitter en septembre 2019.

Une décision du conseil municipal sorelois qui avait provoqué un tollé de contestations puisqu’à titre de ville-centre, Sorel-Tracy prenait en charge 60 % de la facture.

Déjà de la zizanie au conseil régional

Immédiatement après que Diane De Tonnancourt ait proposé cette résolution, le maire de la Ville de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a demandé le vote. « Je demande le vote sur cette façon de faire qui n’est pas très convenable. On devait se parler et là, on y va à coup de résolution », a-t-il déploré, visiblement agacé par la proposition de résolution.

Finalement, bien que huit conseillers aient voté en faveur de la résolution, cette dernière a été refusée parce que la double majorité nécessaire pour adopter une résolution n’a pas été atteinte. C’est le poids décisionnel en fonction de la population des municipalités qui ont voté contre la résolution qui a fait pencher la balance.

Fraîchement élu à la mairie de Saint-David, Richard Potvin a ensuite tenté de calmer le jeu en appelant à l’unité. « La façon dont on a amené ça, je trouve que c’est assez soft. Asseyons-nous ensemble au lieu de se crêper le chignon », mentionne-t-il.

Mme De Tonnancourt a ensuite pris la balle au bond en rappelant que sa volonté était de demander une rencontre avec la ville-centre et toutes les municipalités pour en discuter. Le maire de Saint-Robert, Gilles Salvas, a aussi appuyé les propos de M. Potvin.

« Richard, je vais dans le même sens que toi, admet également Serge Péloquin. On avait convenu qu’on allait en discuter. C’est notre première assemblée publique et là, quelqu’un arrive avec une résolution sur la gueule. […] Je suis vraiment étonné et surpris que Mme De Tonnancourt arrive avec une résolution surprise sur la gueule. C’est ça qui me déçoit. C’est pourquoi je vote contre la résolution. […] On va s’asseoir et on va en parler. C’est ça qu’il faut retenir comme message. »

Selon le préfet de la MRC de Pierre-De Saurel et maire de Saint-Ours, Sylvain Dupuis, la prochaine étape concernant la politique culturelle passera par des discussions en comité.

image