23 juin 2022
Festival western présenté du 10 au 14 août
Les festivaliers sont attendus en grand nombre à Saint-Robert
Par: Jean-Philippe Morin

Le Festival Western de Saint-Robert se déroulera du 10 au 14 août sous le toit du centre multifonctionnel de la Municipalité. Photo gracieuseté

Le maire de Saint-Robert et organisateur du festival, Gilles Salvas. Photo gracieuseté

De nombreux festivaliers sont attendus dans le cadre du Festival Western de Saint-Robert qui aura lieu du 10 au 14 août sous le toit du centre multifonctionnel. Les adeptes de musique western et country auront droit à une programmation variée comptant danses et spectacles tout au long de l’événement.

Publicité
Activer le son

Selon l’organisateur du Festival Western et maire de Saint-Robert, Gilles Salvas, les adeptes de musique sont prêts pour l’été et ils sont déjà très nombreux à avoir participé aux premiers festivals de la saison.

« Lors du Festival Country de Yamaska à la fin mai, les gens ont très bien répondu à notre invitation. La salle était pleine chaque soir. On voit que le monde avait hâte de pouvoir recommencer à profiter de ces événements et au retour à la vie normale après deux ans de pandémie. Notre formule revient d’ailleurs à la normale avec cinq jours de festival et de l’animation de l’ouverture à la fermeture du site », se réjouit le maire, Gilles Salvas.

La 23e édition de l’événement accueillera une trentaine d’artistes du milieu country, western et folklorique notamment Dani Daraiche, Cathy Lavigne, Annick Gagnon, Annie Duguay, Alfonso Marotta, Diane Morin et Chantal Rousseau. Deux scènes seront installées sous le toit de la patinoire et l’animation se déroulera de 13 h à 1 h tous les jours du festival.

« Il n’y aura pas de temps mort et nous en aurons vraiment pour tous les goûts! On a autant de la country classique que de la country américaine qui est de plus en plus populaire. Il y aura de la musique de façon continuelle et les gens pourront danser pendant et entre les spectacles. Lors des dernières éditions, nous avons enregistré environ 5000 entrées pour l’ensemble des cinq jours. Nous sommes certains que nous aurons autant d’achalandage cette année », assure l’organisateur.

Résister au temps

Gilles Salvas, qui est dans le milieu des festivals depuis 40 ans, est plus qu’heureux de voir celui de Saint-Robert survivre aux aléas du temps. Il souligne d’ailleurs qu’en raison des restrictions sanitaires des deux dernières années, plusieurs événements n’ont pas eu autant de chance.

« Je suis content, car mon festival a toujours été en grandissant. Cette année, plusieurs des organisateurs ont dû faire des choix déchirants, car l’incertitude des deux dernières années a eu des impacts. Certains ont repoussé leurs événements et d’autres ont simplement décidé de jeter l’éponge. Sur une soixantaine de festivals, on peut en compter au moins 25 % de moins », se désole l’artiste.

Le milieu reste toutefois soudé, ajoute M. Salvas, car les festivaliers se connaissent et plusieurs se suivent en participant régulièrement aux événements présentés un peu partout à travers la province.

« Cette musique est toujours autant populaire et on compte les festivaliers par centaines chaque fois. Des festivals comme le Gib Fest offrent même des spectacles de ce style pour répondre à la demande des gens. Ceux qui participent à nos événements s’interpellent, se donnent rendez-vous chaque fin de semaine et se réunissent pour profiter de cette musique. Nous sommes comme une grande famille et c’est ce qui est beau à voir », conclut-il.

image