19 janvier 2023
La Traversée – Centre de crise et de prévention du suicide
Les lignes téléphoniques n’ont pas dérougi en 2022
Par: Alexandre Brouillard
Sad woman holding her head in pain while having a meeting with psychotherapist.

La Traversée– Centre de crise et de prévention du suicide a reçu beaucoup de demandes d’aide en 2022. Photo Freepik.com

Alors que La Traversée – Centre de crise et de prévention du suicide avait noté des hausses d’appels dans les dernières années en raison de la pandémie, les lignes téléphoniques n’ont pas dérougi en 2022, bien que le pire de la crise semble être terminé.

Publicité
Activer le son

« En 2022, on a battu des records d’interventions et d’appels, lance d’emblée le directeur général de La Traversée, Sylvain Dupuis. On a effectué beaucoup d’hébergements de crises et on a reçu plusieurs appels. »

Bien que cette situation peut sembler préoccupante, M. Dupuis préfère croire que les services offerts par La Traversée sont de plus en plus connus et que les gens s’en prévalent davantage plutôt que de croire qu’il s’agit du reflet d’une société en proie à de graves enjeux suicidaires.

« C’est notre mission d’aider les gens qui vivent des difficultés ou une crise suicidaire. J’ose donc croire que les gens nous connaissent plus », pense-t-il.

Alors que le pire de la crise pandémique semble derrière nous, le directeur général de l’organisme croit qu’elle a créé des séquelles pour bon nombre de citoyens. « L’ensemble de la population a été touchée, avance-t-il. La pandémie a créé beaucoup de solitude et d’anxiété. »

Plus précisément, ce sont les gens âgés de 20 ans et moins et les adultes de 35 ans et plus qui ont demandé beaucoup d’aide dans la dernière année. « Les jeunes vivent beaucoup de pression de performance à l’école et au travail et même des problèmes alimentaires. Tandis que les 35 ans et plus font souvent face à des ruptures ou à des insatisfactions au travail », détaille M. Dupuis.

Une équipe bien nantie

Le 11 janvier, la porte-parole de l’opposition en matière de santé mentale à l’Assemblée nationale, Elisabeth Prass, décriait le manque de personnel pour plusieurs organismes de prévention du suicide au Québec. Sylvain Dupuis assure que La Traversée n’est pas impactée par cette pénurie de personnel.

« Je touche du bois, mais on une équipe complète de 14 intervenants et nous n’avons pas vécu de rupture de service depuis un an et demi. On reçoit constamment des CV. On est chanceux d’avoir un cégep qui forme des professionnels localement », mentionne le directeur général.

Concernant le Cégep de Sorel-Tracy, Sylvain Dupuis se réjouit du lancement de la nouvelle application Ali, un outil qui utilise l’intelligence artificielle pour soutenir et diriger les étudiants vers des services d’aide psychosociale. « Elle répond à un besoin et c’est un outil de notre époque », indique-t-il.

Pour l’instant, seuls les étudiants du Cégep peuvent s’en prévaloir. Sylvain Dupuis mentionne toutefois que les élèves du secondaire pourraient l’utiliser dans un avenir rapproché.

Rappelons que La Traversée a offert une enveloppe de 30 000 $ sur trois ans pour appuyer la mise en marche et le bon fonctionnement du projet.

Par ailleurs, La Traversée est actuellement en campagne de financement qui se terminera le 7 février. Il est possible de contribuer en visitant la page Facebook de l’organisme.

Aussi, l’organisme offrira la conférence d’Étienne Boulay « Le parcours d’un battant » le mardi 7 février prochain au Marché des arts Desjardins dans le cadre de la 33e semaine de la prévention du suicide qui se tiendra du 5 au 11 février.

image