26 octobre 2021
Les organismes de la région réclament des engagements du gouvernement Legault
Par: Jean-Philippe Morin

Plusieurs organismes de la région et d’ailleurs se sont rassemblés le 25 octobre pour dénoncer le sous-financement dans le monde communautaire. Photo gracieuseté

Les organismes communautaires de la région de Pierre-De Saurel et de partout au Québec se sont mobilisés le 25 octobre dans le cadre de la campagne Engagez-vous pour le communautaire. Plusieurs organismes ont même fermé leurs portes afin de prendre part aux actions de mobilisation et de démontrer l’importance de les soutenir rapidement.

Publicité
Activer le son

Rassemblements, visites aux députés, actions virtuelles : plusieurs actions de mobilisation ont eu lieu. « Depuis maintenant plus de 50 ans que le mouvement de l’action communautaire autonome contribue concrètement à ce que la société québécoise soit plus juste, plus verte et plus inclusive. Les organismes communautaires ont fait leurs preuves et le temps est venu de les reconnaître afin d’assurer la continuité de leurs actions. Parce que disons-le franchement, plusieurs organismes sont à risque de fermer leurs portes si rien n’est fait pour améliorer leur soutien financier de façon substantielle » souligne Mathieu Brochu, directeur général de la Corporation de développement communautaire (CDC) Pierre-De Saurel.

Avec l’augmentation des besoins liés à la crise sanitaire, le milieu communautaire est à bout de souffle et est grandement affecté par la pénurie de main-d’œuvre qui sévit au Québec, clame M. Brochu. Selon lui, les organismes communautaires doivent obtenir un financement à la mission leur permettant d’embaucher les ressources humaines nécessaires et d’offrir des conditions de travail cohérentes avec l’ampleur des responsabilités de la tâche accomplie.

« Le gouvernement se targue de dire que le milieu communautaire a reçu des augmentations dans la dernière année, mais dans la réalité, sur le terrain, ces augmentations se traduisent par des miettes pour les organismes. Plusieurs ont reçu que 5000 $ d’augmentation, et ce, avec des équipes de 10, voire même 15 travailleuses et travailleurs. C’est nettement insuffisant et c’est la survie de ces organismes qui est en jeu » explique Mathieu Brochu, en rappelant qu’ils jouent un rôle essentiel dans plusieurs secteurs d’intervention, dont les aînés, les jeunes, la famille, le traitement des dépendances, l’itinérance, la violence, la santé mentale, la sécurité alimentaire, etc.

image