19 avril 2022
Les Rebelles surpris par les Nordiques en séries
Par: Jean-Philippe Morin

Jordan Prepszl, considéré comme le meilleur défenseur de la ligue par son entraîneur Éric Messier, passait souvent 35 minutes par partie sur la glace. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La saison des Rebelles du Cégep de Sorel-Tracy est officiellement terminée. La troupe d’Éric Messier s’est inclinée au troisième et ultime match de sa série contre les Nordiques du Collège Lionel-Groulx.

Publicité
Activer le son

Les espoirs étaient pourtant présents pour les Rebelles, qui avaient terminé au sixième rang du classement avec 17 victoires en 35 matchs. Les Nordiques, eux, étaient classés dixièmes avec 13 victoires en 34 matchs. La série 2 de 3 avait bien démarré pour les Sorelois, qui avaient remporté le premier match 5-2 au Colisée Cardin, le samedi 9 avril.

Les choses se sont toutefois corsées le dimanche 10 avril, lorsque les Nordiques ont lessivé les Rebelles 7-1, à Blainville. Le match #3, disputé le mardi 12 avril au Colisée Cardin, a rapidement tourné en faveur du Collège Lionel-Groulx, qui a pris les devants 3-0 avant de l’emporter 6-3.

Avant la série, l’entraîneur-chef Éric Messier redoutait les Nordiques, qui avaient connu une bonne séquence après les Fêtes. « Le citron était pressé. Avec la fin de saison qu’on a connue, on a juste manqué de jus. Ce n’est pas par manque d’effort du tout, les gars ont tout donné ce qu’ils avaient à donner. Il nous manquait simplement de jambes », constate-t-il.

En début de saison, 25 joueurs s’alignaient pour les Rebelles. Pour plusieurs raisons, dont des blessures, certains n’ont pas été en mesure de jouer après les Fêtes, si bien que des parties ont été jouées à 18, 17, 16 ou même 15 joueurs parfois.

« Je ne connais pas beaucoup d’équipes qui ont perdu sept joueurs en cours de route. Des gars d’impact en plus. Avec trois parties en quatre jours, ça nous a rattrapés, surtout qu’en séries, le jeu devient de plus en plus serré. C’est surtout quand tu tires de l’arrière et que tu cours après les buts que c’est plus difficile. On dirait que les buts ne veulent pas venir », admet Éric Messier.

Plus de positif que de négatif

Malgré cette fin de parcours abrupte, l’entraîneur-chef dresse un bilan positif de la saison 2021-2022. « Au départ, on ne savait pas trop quel genre de lineup on aurait. On ne connaissait pas beaucoup nos nouveaux joueurs, alors on n’avait pas trop d’attentes, mais finalement, c’était une très belle saison », indique-t-il.

Parmi les joueurs s’étant démarqués, notons l’attaquant Léo St-Michel, qui a terminé au premier rang de la Ligue collégiale D1 avec 68 points, dont 26 buts, en 35 matchs. « Il a joué quelques matchs dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec Baie-Comeau l’an dernier à 16 ans, mais on ne s’attendait pas à ce qu’il ait ce genre d’impact à 17 ans avec nous. C’est pleinement mérité pour lui », vante l’entraîneur-chef.

Le finissant Jordan Prepszl, considéré comme le meilleur défenseur de la ligue par son entraîneur, a obtenu 47 points, dont 10 buts, en 35 matchs cette saison, ce qui représente le septième rang de tous les compteurs. Il n’était pas rare de le voir plus de 35 minutes par rencontre sur la glace.

En plus de ces joueurs, les Sorelois ont eu un effet bénéfique sur l’équipe, autant les joueurs de première année (Mathis Desgagnés, Marius Lange et Ilyah Arseneault-Rolland) que les joueurs de troisième année (Victor Grenier, Émile Villiard et Frédéric Rainville). « Chacun à leur façon, dans leur rôle respectif, ils ont eu un impact », note Éric Messier.

Ce dernier confirme qu’il sera à la barre des Rebelles pour une 14e saison l’an prochain. En poste depuis les débuts de la ligue, il espère que les 13 joueurs éligibles à revenir seront de retour cet automne.

image