14 Décembre 2021
Avec sa 500e victoire en carrière dans la LNH
Marc-André Fleury entre dans un club sélect
Par: Alexandre Brouillard

Après le match de jeudi, Marc-André Fleury a immortalisé le moment avec famille et amis s’étant déplacés au Centre Bell. Photo Marylène Fleury

Stéphane Ménard entraîne Marc-André Fleury depuis l’âge de huit ans. Photo gracieuseté

Le gardien de but sorelois Marc-André Fleury a vécu une soirée de rêve, jeudi dernier, alors qu’il a signé la 500e victoire de sa carrière devant parents et amis au Centre Bell face aux Canadiens de Montréal.

Publicité
Activer le son

Après avoir raté l’occasion de signer sa 500e victoire en carrière le mardi 7 décembre, face aux Rangers de New York, le scénario semblait parfait pour « Flower » deux jours plus tard à Montréal.

Devant parents et amis, le gardien de 37 ans a connu un match sans bavure, repoussant les 30 tirs dirigés vers lui. Il a ainsi signé sa 500e victoire en carrière avec un blanchissage sous les encouragements des partisans montréalais qui scandaient « Fleury! Fleury! » à la fin du match.

Avec cette victoire, le Sorelois est le troisième gardien de l’histoire de la Ligue nationale de hockey (LNH) à atteindre le plateau des 500 victoires en carrière après Patrick Roy (551) et Martin Brodeur (691).

« C’est vraiment spécial! Je pensais vraiment que tout le monde me haïssait à Montréal, a lancé Marc-André Fleury aux journalistes après la rencontre. […] Finalement, avoir gagné cette 500e victoire avec mes amis et ma famille dans l’aréna, puis aussi la réception des fans, c’est chaleureux et ça fait du bien d’avoir réussi ça à Montréal. »

Bien qu’il ait déjà une belle carrière avec trois coupes Stanley et un trophée Vézina à son compteur, le Sorelois a avoué qu’il pensait au plateau des 500 victoires depuis quelques années déjà. « Ça fait quand même un bout que j’y pense, peut-être une couple d’années. C’est un chiffre que je m’étais mis en tête et que je voulais atteindre avant d’accrocher mes jambières. Je suis fier de moi d’avoir réussi », a-t-il confié après la rencontre.

Un travail de longue haleine

Lors de cette soirée haute en émotions, Marc-André Fleury a pu compter sur la présence de plusieurs amis et membres de sa famille, dont son entraîneur privé Stéphane Ménard, qui l’entraîne depuis près de 30 ans.

« C’était une soirée émouvante et surtout stressante. […] Ç’a été des hauts et des bas, mais hier, j’ai vu Marc-André garder les buts avec de la constance et de l’expérience. À la fin du match, les Canadiens l’ont attaqué solide. Je crois que ça lui a fait du bien de gagner ça à Montréal », soutient l’entraîneur, en entrevue.

M. Ménard entraîne Marc-André depuis l’âge de huit ans.E Il a assisté à son évolution des rangs mineurs jusqu’à la LNH. « Il a toujours été dans l’ombre, mais il a quand même gagné trois coupes Stanley et participé à plusieurs finales. C’est un naturel », relate-t-il.

De son propre aveu, « Flower » ne pensait pas atteindre un jour la LNH. « J’ai toujours rêvé à la LNH. J’ai tellement admiré les Canadiens, Patrick Roy et Martin Brodeur, on dirait que je ne pensais jamais me rendre à cette étape », a-t-il avoué après l’obtention de sa 500e victoire.

Maintenant, que réserve l’avenir au Sorelois de 37 ans, qui se retrouve à 51 victoires de Patrick Roy? « Je crois qu’il peut le rejoindre. S’il signe 15 ou 20 autres victoires cette année, il pourrait atteindre le prochain plateau l’année prochaine. […] Je ne suis pas dans sa tête, mais je crois qu’il va goaler une autre année », conclut Stéphane Ménard.

image