3 mai 2022 - 09:20
Mike Bossy et Guy Lafleur
Par: Deux Rives

J'ai eu la chance de rencontrer Guy Lafleur à quelques reprises lorsqu'il était de passage au Colisée Cardin.

Par Daniel Lequin – collaboration spéciale

Opportuniste, je suis arrivé au bon moment.

Malgré les années, ces souvenirs restent gravés dans ma mémoire car ils ont marqué au fer rouge une période de mon existence.

J’étais marqueur et annonceur-maison pour les Éperviers de Sorel. Forcément, je me retrouvais souvent dans le feu de l’action.

Lorsque je me rendais dans la chambre du National de Laval pour y cueillir l’alignement avant la partie, parfois, je ne retrouvais pas le nom de Mike Bossy. Quand je demandais la raison de son absence, l’instructeur Jacques St-Jean me confiait qu’il n’était pas question de risquer une blessure à Bossy. Ce dernier n’était pas gros à cette époque et les parties locales des Éperviers étaient disputées avec beaucoup de robustesse.

Je me souviens que dans une pratique d’avant-match, Rodrigue Lemoyne ne s’était pas gêné pour crier à Bossy : Bossy, tu ne finiras pas la partie!

J’ai également pu rencontrer Mike à quelques reprises pour des entrevues alors que je travaillais pour un journal à Montréal.

Lorsque les Canadiens ont remporté la coupe Stanley en 1977-78 en battant les Bruins à Boston, je me suis retrouvé miraculeusement le lendemain matin dans la chambre des joueurs des Canadiens dans le vieux Forum par l’entremise de Pierre Mondou.

C’est à ce moment que j’ai pu rencontrer Guy Lafleur. Vous vous doutez bien qu’il y régnait un climat intense de fête et malgré tout, Guy a bien voulu m’accorder quelques moments dans ce tourbillon alors que les joueurs se préparaient au défilé de la coupe Stanley sur Sainte-Catherine.

Merci Mike et Guy, vous m’avez fait vivre des moments exaltants.

À lire aussi:
Sorel-Tracy se souvient de Guy Lafleur

image