21 juin 2022
Modestes mais non négligeables
Par: Louise Grégoire-Racicot

Depuis le début des années 80, Louise Grégoire-Racicot pose son regard sur la région comme journaliste à travers les pages du journal Les 2 Rives. Depuis février 2018, à titre de chroniqueuse, elle livre maintenant chaque semaine son opinion sur l'actualité régionale.

Curieusement, l’argent s’est mis à pleuvoir, cette semaine sur la région. Conséquence de la campagne électorale à venir ou de la destitution de l’ex-maire Péloquin? Ou des deux?

Publicité
Activer le son

Visiblement, les élus caquistes étaient, même s’ils ne l’ont pas dit aussi clairement, plus à l’aise de confirmer ces argents destinés à relancer l’emploi et le centre-ville aux lendemains de la pandémie. Surtout à le remettre entre les mains de gens qui ont la confiance de leurs pairs.

Cette dernière hypothèse est d’autant plausible qu’il y a belle lurette qu’on en attendait l’annonce. Québec a enfin livré! Bien sûr, les sommes sont modestes vue l’ampleur des besoins – 1,7 M$ pour du recrutement de main-d’œuvre et 800 000 $ pour la revitalisation du centre-ville. Mais elles ne sont pas négligeables pour autant. Elles doivent servir de leviers économiques. Être investies là où ça comptera. En espérant qu’elles consolident les infrastructures qui en ont besoin.

Cela exigera non seulement des approches reposant sur une connaissance approfondie de la situation, une cohésion sur les priorités à arrêter avec l’ensemble des partenaires et la suite à leur donner. Enfin, il faut confier des mandats clairs et des échéanciers connus pour les actualiser. Beaucoup de suite dans les idées, quoi!

Oui, il sera plus facile de mesurer les efforts mis au centre-ville pour le relancer, l’aménagement des quais Richelieu et de la rue Reine recevant la part du lion de cette subvention (50 %) afin d’ajouter à l’aménagement heureux qu’a réalisé le Centre des arts contemporains de Sorel-Tracy. Ainsi plus de gens pourront-ils apprécier son apport au milieu artistique tout en profitant des abords de la rivière et de sa vie portuaire animée. Voilà qui peut certes devenir un autre coin de pays à découvrir, apprécier et surtout animer! Le potentiel est là!

Quant aux impacts du programme d’attraction de nouveaux talents dans la MRC de Pierre-De Saurel, on les verra probablement à moyen et plus long terme. On n’attire pas les nouveaux arrivants en un jour ou parce que le prix des maisons est moins excessif que sur la rive-sud immédiate de Montréal. Mais se doter d’outils additionnels pour le faire plus efficacement est certes un pas dans la bonne direction.

Et en investissant elle-même 285 000 $ dans ce dossier, la MRC démontre son souci flagrant d’élargir la portée de recrutement de main-d’œuvre et de faciliter les démarches des employeurs sur son territoire. En espérant que cette plate-forme Web innovante permettra de mieux jumeler les besoins des entreprises et des organisations avec de jeunes talents en recherche d’emploi.

Il faut parallèlement s’assurer que les ressources d’accueil pour le logement, la santé, l’éducation et le milieu social seront adéquates et suffisamment complètes pour faciliter leur intégration. Un atout essentiel pour qu’ils choisissent de s’installer ici de façon permanente, devenant ainsi des citoyens à part entière de la région.

Quant à la qualité de vie et d’environnement qu’on leur proposera, elle repose en grande partie entre les mains des élus municipaux – qui planifient et actualisent le devenir des villes – mais aussi des groupes communautaires et des voisins de quartier qu’ils côtoieront à leur arrivée.

Voilà donc deux outils qui, tout en appelant à la contribution de chacun, s’ajoutent pour redonner à la région le coup de jeune qu’elle attend depuis longtemps!

image