29 mars 2022
Meneuse avec les Stingers de l’Université Concordia
Myriam Leclerc atteint le plateau des 1000 points dans sa carrière universitaire
Par: Alexandre Brouillard

Les Stingers de l’Université Concordia ont offert un ballon souvenir à Myriam Leclerc pour souligner son 1000e point en carrière. Photo Kyran Thicke / Concordia Stingers

À sa troisième saison complète avec les Stingers de l’Université Concordia, Myriam Leclerc a inscrit son nom dans l’histoire du basketball universitaire canadien en atteignant le plateau des 1000 points en carrière.

Publicité
Activer le son

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis ses premiers dribbles sous le maillot des Vaillantes de Sainte-Victoire-de-Sorel au début des années 2000.

Depuis, la joueuse originaire de Saint-Roch-de-Richelieu cumule les distinctions. En 2018, elle a été nommée parmi les 10 meilleures joueuses au pays dans la Canadian Collegiate Athletic Association (CCAA) Women’s basketball All-Canadians lorsqu’elle portait les couleurs des Dynamiques de Sainte-Foy. Elle a ensuite été élue recrue de l’année après sa première année à Concordia. Puis, elle a été nommée sur la première équipe d’étoiles du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) lors de ses trois saisons universitaires.

Le 5 mars, elle a ajouté la cerise sur le sundae de sa carrière universitaire lorsqu’elle a inscrit son 1000e point en carrière en seulement 64 matchs disputés. Après cet exploit, l’organisation des Stingers a qualifié Myriam Leclerc « d’une des athlètes les plus électrisantes à n’avoir jamais porté le marron et l’or ».

« C’était un objectif que je m’étais fixé depuis longtemps, indique Myriam Leclerc, en entrevue. C’est quand même gros! Je crois que je ne le réalise pas encore totalement. »

Rejointe la veille du début des séries éliminatoires, la meneuse confiait que malgré tous ses exploits personnels, son objectif principal était de remporter les grands honneurs avec Concordia, qui a terminé en tête du classement général pour la première fois depuis 1998.

Le parcours éliminatoire des Stingers a toutefois été de courte durée, alors qu’elles se sont inclinées en demi-finale dans une défaite de 75-68 aux mains des Citadins de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), le 23 mars.

Parmi l’élite

Malgré plusieurs semaines à avoir été tenue à l’écart des parquets après s’être déchiré le ligament croisé antérieur l’année dernière, Myriam Leclerc a connu une saison 2021-2022 exceptionnelle, figurant parmi les meilleures du circuit dans toutes les catégories de statistiques individuelles.

Après 12 matchs cette saison, la jeune femme de 24 ans présente la troisième meilleure moyenne de points par match avec 16 et elle pointe au deuxième rang pour le plus de passes avec 62.

Elle mène la ligue avec le meilleur pourcentage de réussite au lancer franc avec 0,959 et avec le plus de vols en moyenne par match avec 2,6. Tous ces exploits ont été réalisés en étant la joueuse la plus utilisée du circuit avec 427 minutes jouées cette saison.

« Je suis très heureuse parce que je m’étais fixé des attentes personnelles cette saison, mais je me concentrais vraiment plus sur les résultats de l’équipe », admet la récipiendaire du prix Tracy MacLeod (détermination, persévérance et courage).

Alors qu’elle termine son baccalauréat en comptabilité cette année, la jeune femme ne sait pas ce que l’avenir lui réserve concernant le basketball. « Je continue à la maîtrise, donc si je peux, je vais peut-être continuer à jouer avec Concordia. Sinon, je pourrai peut-être jouer pro. Je vais étudier mes options », conclut Myriam Leclerc.

image