24 janvier 2023
Entériné à 91 %
Nouveau mandat de grève de 21 jours pour les cols bleus
Par: Alexandre Brouillard

La date de la prochaine rencontre entre la partie patronale et les cols bleus en présence d’un médiateur est à déterminer. Photo Alexandre Brouillard | Les 2 Rives ©

Le Syndicat des cols bleus de la Ville de Sorel-Tracy a entériné à 91 % un nouveau mandat de grève de 21 jours lors d’une réunion tenue le mardi 17 janvier.

Publicité
Activer le son

Ce second mandat de grève voté par les cols bleus sorelois sera utilisé « au moment opportun », selon le président du Syndicat, Martin Gingras.

« Ce sont les membres de la mobilisation qui détermineront les journées selon leur plan d’action. […] Ça ne veut pas dire que ce seront des journées individuelles, ça ne veut pas dire que ce seront les 21 jours collés non plus », soutient-il.

Rappelons que les cols bleus avaient voté un premier mandat de grève de cinq jours entériné à 98 % en novembre dernier. Ils avaient débrayé les 15, 16 et 17 décembre ainsi que les 9 et 10 janvier.

Un médiateur

Aussi, le lundi 16 janvier, le Syndicat et la partie patronale ont conjointement convenu que l’intervention d’un médiateur est devenue nécessaire pour sortir les négociations de l’impasse. « Honnêtement, je crois qu’un médiateur sera bon pour les deux partis, avance M. Gingras. Tant mieux si le médiateur fait bouger les choses. »

« La Ville souhaite que le recours à un médiateur permette de rapprocher les parties dans le but d’en arriver à une entente qui sera satisfaisante pour tous », indique le directeur du Service des communications de la Ville de Sorel-Tracy, Dominic Brassard.

Concernant l’utilisation des nouvelles journées de grève, Martin Gingras précise qu’elles ne seront pas utilisées avant la première séance de médiation. « Par la logique des choses, on a accepté la médiation, on n’est pas pour faire la grève avant que les pourparlers commencent », explique le président.

La prochaine rencontre entre le syndicat et la partie patronale en présence du médiateur n’était pas encore établie avant d’écrire ces lignes. Le médiateur sera sélectionné par le ministère du Travail.

Rappelons que la dernière offre patronale de hausse salariale est de 1,9 % en moyenne pendant cinq ans. Le syndicat demande plutôt 4,9 % en moyenne pour les cinq prochaines années avec un accent sur la première année considérant la hausse actuelle du coût de la vie et l’inflation qui oscille aux alentours de 6,4 %. La convention collective des cols bleus de la Ville de Sorel-Tracy est échue depuis le 31 décembre 2021.

Une mobilisation qui dégénère

Le lundi 9 janvier, lors d’une manifestation des cols bleus devant l’hôtel de ville de Sorel-Tracy, des employés sont entrés dans le bâtiment administratif munis de trompettes, sifflets et crécelles.

Rapidement, le directeur général de la Ville de Sorel-Tracy, Carlo Fleury, a demandé aux manifestants de quitter l’hôtel de ville. Devant le refus des manifestants de quitter l’établissement, une intervention policière de la Sureté du Québec a été nécessaire.

« Des membres sont entrés dans l’hôtel de ville, mais ils n’ont pas fait de grabuge. Seulement du bruit. Ils ont quitté le bâtiment quand la police est intervenue. C’est certain que ce n’est pas la méthode retenue par le Syndicat pour se faire entendre », conclut Martin Gingras.

image