9 mai 2023 - 07:57
Passer à l’acte
Par: Louise Grégoire-Racicot

Depuis le début des années 80, Louise Grégoire-Racicot pose son regard sur la région comme journaliste à travers les pages du journal Les 2 Rives. Depuis février 2018, à titre de chroniqueuse, elle livre maintenant chaque semaine son opinion sur l'actualité régionale.

La consultation sur l’aménagement du quai Richelieu démontre pleinement les difficultés qu’une telle démarche pose aux décideurs. Comment trancheront-ils?

Un point fort : 846 personnes s’y sont exprimées – autant d’hommes que de femmes de tous les âges avec une majorité de 25 à 45 ans. Presque la moitié des répondants y voient un lieu de rassemblement d’abord. Ils veulent qu’on le verdisse et qu’il soit accessible à l’année longue. D’autres veulent plutôt un havre de repos et de paix.

Le premier défi des élus sera de déterminer la vocation du site. Sera-t-il un parc de quartier ou régional? Un lieu polyvalent ou thématique? Les suggestions des citoyens sont variées. Certains préfèrent qu’il devienne un espace culturel ou à vocation communautaire. D’autres un espace plus touristique avec volet commercial. Certains aspirent à un environnement calme avec limitation du bruit et de la circulation, d’autres y souhaitent animation, jeux pour enfants, parc à chien, rassemblements, quais pour bateaux etc. Somme toute, une chose et son contraire!

Reste que ce parc – même s’il sera moins étendu que les parcs Regard-sur-le-Fleuve et Maisouna – a de l’importance à cause de sa proximité de l’eau et des nombreuses activités portuaires qui s’y déploient, tout près du Centre des arts contemporains et du centre-ville. La Ville doit l’aménager non pas comme un parc de quartier, mais pour recevoir le plus grand nombre, améliorant ainsi sa qualité de vie.

Voilà un projet prometteur auquel Sorel-Tracy consacrera 1,5 M$. Un montant qui, si on se fie à l’explosion des prix de tous les projets d’infrastructure québécois, gonflera. On peut donc penser que cet aménagement devra s’étaler sur quelques années. Un paradoxe à solutionner quand on sait que ce réaménagement contribuera à la relance du centre-ville que le conseil priorise. En finir plus vite serait donc largement avantageux.

Chose certaine, il faut aussi planifier étroitement l’accès au site pour qu’il soit sécuritaire, qu’on y vienne en auto, à vélo ou à pied. Cela commandera l’ajout d’infrastructures non définies pour l’instant mais à inclure dans le projet que les élus finaliseront. Beaucoup de lobbying en perspective auprès des gouvernements supérieurs pour eux!

Il serait enfin souhaitable que le conseil trouve comment relier ce parc avec la piste cyclable et la Maison des gouverneurs, le quai Catherine-Legardeur et le Regard-sur-le-Fleuve. L’intégration bien planifiée des infrastructures d’une ville ne peut qu’en amplifier l’impact! L’idée de ce long parcours n’est pas de moi. Le conseil présidé par Marcel Robert l’avait imaginé. Au nouveau parc, on pourrait aussi y intégrer le projet de l’ex-candidat à la mairie, Jocelyn Daneau, une Promenade des Filles du Roy mettant en valeur l’histoire et le patrimoine du Vieux-Sorel.

Les élus ne doivent surtout pas rejeter du revers la main ces idées de candidats défaits sous prétexte qu’ils n’ont pas été élus! Rappelons-nous que le parc Regard-sur-le-Fleuve – réalisé par le maire Marcel Gauthier – avait été imaginé par son prédécesseur Robert Fournier qu’il avait battu! M. Gauthier avait vu la pertinence de l’idée de son opposant politique et réalisé ce parc tant apprécié et fréquenté aujourd’hui. Preuve que les élus n’ont pas seuls le monopole des bonnes idées. Mais ils ont la clé de leur concrétisation.

Non seulement doivent-ils maintenant définir ce parc, rallier le plus de gens possible à leur concept. Passer à l’acte!

À lire aussi:
Consultations publiques pour le quai Richelieu : le rapport est déposé
Aménagement du quai Richelieu : la Ville dévoile le résultats du sondage

image