5 mai 2022
Membre du Pacte mondial des Nations Unies
QSL contribue à la protection de l’environnement un geste à la fois
Par: Alexandre Brouillard

Claudine Couture-Trudel, vice-présidente stratégie et affaires publiques chez QSL. Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Grâce à ses nombreuses actions posées pour protéger l’environnement et favoriser le développement durable, QSL est devenue la première entreprise maritime du Canada à adhérer au Pacte mondial des Nations Unies, l’automne dernier.

Publicité
Activer le son

Selon la vice-présidente stratégie et affaires publiques chez QSL, Claudine Couture-Trudel, cette adhésion démontre l’engagement de la multinationale en matière de développement durable au plus haut niveau qui soit. « En adhérant au Pacte, QSL s’allie avec les objectifs des Nations Unies, dont ceux reliés à la protection l’environnement, indique-t-elle. C’est une démarche de développement durable qui est très profonde et qui dicte nos stratégies et opérations. »

Depuis 1978, ce fleuron québécois se spécialise dans l’opération de terminaux portuaires et compte environ 2000 employés et 59 terminaux en Amérique du Nord. Malgré l’envergure de ses activités, l’entreprise travaille sans cesse sur des projets de développement durable.

« La responsabilité sociale est dans nos valeurs, assure Mme Couture-Trudel. C’est pourquoi, au cours des dix dernières années, QSL a posé plusieurs actions qui s’inscrivent aujourd’hui dans le Pacte pour répondre aux défis environnementaux. »

Lancé en 2000, le Pacte mondial des Nations Unies est la plus importante initiative en matière de développement durable des entreprises. Les compagnies qui y ont adhéré, comme QSL, appliquent tous les principes de développement durable dans leurs stratégies et opérations.

Des initiatives vertes

Au fil des années, les engagements de développement durable de QSL se sont traduits de plusieurs façons, entre autres par la certification Alliance verte de l’ensemble des terminaux de l’entreprise, par l’implantation de systèmes complets de traitement de l’eau ainsi que d’un réseau de convoyeurs électriques et par l’installation de la télémétrie à travers sa flotte d’équipements afin de réduire les gaz à effet de serre.

Claudine Couture-Trudel est d’autant plus fière d’un projet qui se terminera dans les prochaines semaines, soit l’élimination des bouteilles d’eau en plastique dans tous les ports et terminaux de QSL. Mis en branle il y a quelques mois, le projet se traduira par une diminution de 500 000 bouteilles de plastique par année.

« On est une des seules entreprises qui a réussi à mettre ça en place, se réjouit-elle. Pour ce faire, QSL a offert des bouteilles d’eau réutilisables aux employés comme geste symbolique et a installé des bornes de recharge d’eau filtrée au charbon sur les sites. »

Beaucoup d’autres innovations

Si QSL désire demeurer dans le Pacte année après année, l’entreprise doit publier annuellement un rapport de progrès décrivant ses efforts dans l’intégration des divers principes du programme, dont l’environnement. Ainsi, la multinationale doit toujours avoir des projets de développement en cours.

« Une des prochaines étapes est l’intégration de l’intelligence artificielle pour encore mieux étudier la consommation de carburant de nos véhicules pour optimiser chacun des mouvements. Il y a aussi l’électrification de la machinerie », détaille Mme Couture-Trudel.

De plus, QSL étudie la possibilité d’utiliser de l’hydrogène vert dans certaines technologies afin de rendre certains processus plus efficaces, accessibles et écoresponsables. La multinationale voit donc d’un bon œil l’arrivée à Sorel-Tracy de l’entreprise Charbone qui produira de l’hydrogène vert.

« Ce sont quelques-uns de nos défis d’aujourd’hui pour construire un meilleur monde demain », conclut Claudine Couture-Trudel.

image