20 octobre 2021
René Laprade veut rétablir le leadership et la transparence de l’administration municipale
Par: Alexandre Brouillard

Le candidat à la mairie de Contrecœur, René Laprade, affirme que la Ville est à la croisée des chemins. Photo gracieuseté

Le candidat à la mairie de Contrecœur, René Laprade, a présenté sa plateforme électorale à l’intérieur de laquelle il aborde quatre thématiques qu’il juge essentielles pour rétablir le leadership, augmenter la participation citoyenne et améliorer la transparence de l’administration de Contrecœur.

Publicité
Activer le son

« Les quatre thèmes vont s’appliquer dans tous les domaines de la gestion municipale, lance d’emblée René Laprade. Je crois que les thèmes vont me permettre de donner une âme à la Ville de Contrecœur pour que tous les citoyens puissent s’y reconnaître. »

Dans le premier thème, Démocratie et saine gouvernance, M. Laprade explique vouloir remettre le citoyen au centre des préoccupations du conseil municipal. Selon lui, cet aspect « a été un maillon faible des dernières années » à Contrecœur et « peu de décisions ont été expliquées aux citoyens ». Il désire donc adopter un style de gestion municipale transparent et engager la mairie et les citoyens vers une vision globale qui mise sur le développement durable, l’amélioration continue et la qualité de vie.

« Avec Mme Allaire, c’est une gestion d’apparence avec beaucoup de diffusions et de publicités sur des décisions. Mais, est-ce que ses décisions ont donné des résultats? C’est pourquoi je veux mettre les citoyens au centre du conseil municipal », précise-t-il.

Au sein du second thème, Qualité de vie des citoyens, le retraité d’ArcelorMittal explique vouloir améliorer la cohésion sociale. « Lors des dix dernières années, on a plus de 50 % de croissance de population. Il faut donc aller chercher le pouls des nouveaux arrivants pour améliorer et assurer la cohésion sociale dans la Ville et ainsi en assurer le dynamisme », explique-t-il.

Ensuite, concernant le Développement économique, qui est sa troisième thématique, M. Laprade veut redéfinir les stratégies et les objectifs entourant les offres de développement commercial et industriel tout en dynamisant davantage la vocation économique de la Ville. « Contrecœur a un potentiel récréotouristique incroyable, affirme-t-il. On doit donc se doter d’un plan de développement touristique qui mise entre autres sur l’accès au fleuve, à la Colonie des Grèves, au parc régional et à la proximité stratégique de la région métropolitaine. »

Finalement, dans sa dernière thématique, Vie sociale et communautaire, il souhaite notamment créer un forum regroupant tous les acteurs scolaires, socio-culturels, communautaires et économiques pour définir une vision consensuelle et inclusive. Il veut aussi raviver le sentiment d’appartenance et d’engagement des leaders des organismes communautaires et de leurs bénévoles en investissant dans de meilleures relations avec la Ville.

Améliorer la transparence

Selon René Laprade, la transparence de l’administration Allaire fait défaut. Il cite les nombreux refus de la Ville quant à ses demandes de diffuser les séances du conseil municipal lors des dernières années.

« C’est quand même assez incroyable que le conseil ait toujours refusé de diffuser les séances, mentionne-t-il. Finalement, il a fallu des directives du provincial pour que les séances publiques soient publiques. »

Il exprime aussi de l’incompréhension à l’égard du dossier de la Colonie des Grèves. « Ce dossier est un fiasco de gestion municipale. Depuis une dizaine d’années, la Ville connaît les difficultés financières de la Colonie et elle n’a eu aucune vision pour l’aider. La Ville a attendu que la situation se dégrade au maximum pour sortir et dire qu’il allait les sauver, mais ce n’est pas vrai. […] Dans mon plan, je veux que la Colonie devienne un partenaire de la Ville », détaille-t-il.

« Mme Allaire n’a pas de programme. Tout ce qu’elle dit, c’est continuons le développement. Elle marche encore sur le programme de Suzanne Dansereau, la mairesse de l’époque. Depuis quatre ans, la Ville est en décroissance et végète. On est dans un tournant et on doit faire de bons choix », conclut René Laprade.

image