19 janvier 2022
Sainte-Anne-de-Sorel franchit une étape importante vers le réaménagement du parc Henri-Letendre
Par: Alexandre Brouillard

Le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin, espère conclure une entente avec Gaétan La Madeleine pour pouvoir réaménager le parc Henri-Letendre. Photo Alexandre Brouillard | Les 2 Rives ©

Gaétan La Madeleine, entrepreneur et propriétaire du terrain situé au 1, rue Marianne, souhaite avoir un montant raisonnable pour son lot advenant la concrétisation de l’entente. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La ligne rouge serait la nouvelle division des lots concernés (4 484 454 Municipalité de Sainte-Anne-de-Sorel et 4 484 455 Gaétan La Madeleine) si l’échange entre les parties se réalise. Photo tirée de Google Maps

Alors que la Municipalité de Sainte-Anne-de-Sorel souhaite procéder au réaménagement du parc Henri-Letendre, le conseil municipal doit s’entendre sur un échange de terrains avec l’entrepreneur Gaétan La Madeleine qui possède un des lots requis pour le projet.

Publicité
Activer le son

Le lundi 10 janvier dernier, le conseil municipal de Sainte-Anne-de-Sorel a franchi une étape importante vers le réaménagement du parc en adoptant à l’unanimité un projet de règlement modifiant le zonage de deux lots adjacents au parc Henri-Letendre situé à l’angle des rues du Quai et de la Rive.

« Lors du dernier conseil, nous avons procédé au côté administratif du projet, indique d’emblée le maire de la Municipalité de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin. L’objectif de ce projet est d’agrandir considérablement le parc Henri-Letendre et protéger la vue panoramique sur le fleuve Saint-Laurent et une partie de ses îles. »

Pour réaliser le projet, la Municipalité doit s’entendre sur un échange de terrains avec l’entrepreneur Gaétan La Madeleine qui possède le lot situé au 1, rue Marianne. Il s’était porté acquéreur de ce terrain et de l’ancienne maison du docteur Normand Sullivan, il y a plusieurs mois, pour y construire un immeuble à logements multiples pour aînés.

Rappelons que ce projet avait suscité de l’opposition, alors qu’en novembre 2020 une pétition contre le projet avait été lancée par Mélissa Veillet et Alexandre Pérusse, des résidents de la Municipalité. Ces derniers craignaient que le projet engendre plusieurs aspects négatifs dans le quartier, dont l’augmentation de la circulation automobile.

Plus tard, en mai 2021, la Municipalité avait décidé d’imposer une réserve foncière pour suspendre la mise en œuvre du projet de M. La Madeleine. « Dans ce secteur, le zonage permet la construction d’immeubles de quatre logements et plus. […] Le projet de M. La Madeleine est de construire un bâtiment d’une vingtaine de logements. […] Toutefois, au conseil, on croit que ce projet est inacceptable pour plusieurs raisons », affirme le maire de Sainte-Anne-de-Sorel.

Parmi les considérants, M. Péloquin cite, entre autres, un possible problème de cohabitation avec la descente de bateau et un risque d’augmenter considérablement le trafic dans le quartier.

Nouvelle proposition

Lors des derniers mois, irrité par la réserve foncière, Gaétan La Madeleine a soumis une nouvelle proposition au conseil municipal dans l’espoir de pouvoir construire son logement pour aînés.

« Au lieu de construire son logement de la rue Marianne vers le fleuve, il a proposé de déplacer son projet de 90 degrés pour le construire en parallèle avec la rue Marianne. Ainsi, presque l’ensemble des aspects négatifs disparaissent. […] Je crois que c’est une option gagnant-gagnant », explique Michel Péloquin.

Advenant la concrétisation de cette proposition, les deux partis s’échangeraient donc une parcelle de terrain et la Municipalité ajouterait un montant, qui reste à déterminer, pour compenser l’accès au bord du fleuve que M. La Madeleine perdrait.

Toutefois, M. La Madeleine ne voit pas la situation du même œil. « Dans ce cas, mon bâtiment se retrouverait avec seulement un côté qui a une vue sur le fleuve. C’est donc une perte de revenus. Avant de conclure un accord officiel, on doit s’entendre sur un prix », soutient Gaétan La Madeleine, qui affirme avoir investi plus de 700 000 $ sur le terrain depuis son acquisition.

De plus, l’entrepreneur est déçu que la Municipalité ait procédé au changement de zonage avant de réaliser l’évaluation de son terrain. « En changeant le zonage, mon terrain vaut moins cher, déplore-t-il. Des terrains multilogements situés au bord de l’eau, il n’y en a plus à Sorel-Tracy et à Sainte-Anne-de-Sorel. Ça vaut donc très cher. Je suis d’accord avec ce qu’ils font, mais on doit prendre la valeur du terrain avant qu’il change le zonage. J’ai demandé à Maxime Dauplaise [directeur général de la Municipalité] de faire l’évaluation avant le changement de zonage, sinon c’est une expropriation déguisée. »

Pour sa part, le maire de Sainte-Anne-de-Sorel tempère la situation et affirme que les craintes de Gaétan La Madeleine ne sont pas fondées. « On ne pouvait pas procéder à l’évaluation du terrain avant sans savoir si le règlement serait adopté par le conseil. […] Il sera dédommagé en fonction des conditions avant le changement de zonage. La Municipalité ne pourrait pas agir ainsi, c’est comme si on saisissait son terrain sans compensation valable. L’objectif est de préserver un espace vert et une vue panoramique, tout en permettant à M. La Madeleine de mettre en branle son projet », conclut Michel Péloquin.

image