20 juillet 2022
Trois ans et demi de prison pour des attouchements sexuels envers cinq adolescentes
Par: Jean-Philippe Morin

Un homme de 71 ans de Saint-Robert a écopé d’une peine de 42 mois de prison pour des attouchements sexuels envers cinq adolescentes sur une période d’environ cinq ans et demi.

Publicité
Activer le son

« Je regrette mes gestes », a mentionné Réjean Arsenault, avec la voix tremblotante, avant de prendre le chemin des cellules.

En avril dernier, le septuagénaire avait plaidé coupable à huit des 14 chefs d’accusation auxquels il faisait face, la plupart d’entre eux étant des attouchements sexuels. Il a également exhibé ses organes génitaux devant les adolescentes, qui sont aujourd’hui âgées entre 13 et 18 ans. Quant aux chefs d’agression sexuelle, ils ont été abandonnés.

Les premiers actes ont débuté le 28 décembre 2015 pour une des victimes. Tous les chefs d’accusation s’arrêtent le 27 juillet 2021. Réjean Arsenault a commis ses gestes à Saint-Robert, où il réside.

Cette peine de trois ans et demi de prison est une suggestion commune des avocats Maude Champigny à la poursuite et Réal Quintal à la défense. Selon Me Quintal, M. Arsenault tenait à tout prix à plaider coupable afin que les victimes n’aient pas à témoigner durant un procès. Il a dit vouloir assumer les conséquences de ses gestes. Quant à Me Champigny, elle a fait valoir que les impacts de ses gestes sont grands non seulement pour les victimes, qui sont des enfants, mais aussi pour la famille au complet, dont les parents et les grands-parents.

Le juge Marc-Nicolas Foucault a entériné la sentence suggérée par les avocats. « Les crimes que vous avez commis sur des enfants qui avaient vraisemblablement un lien de confiance avec vous, c’est un facteur aggravant. Le fait que ce soient des mineures fait en sorte que la sentence pourrait être plus élevée. Trois ans et demi de prison, il y a des gens qui vont dire que ce n’est pas beaucoup, et ce ne sera jamais assez pour réparer ce que vous avez fait aux jeunes. Jamais. Mais il faut que la justice se positionne et regarde non seulement les facteurs aggravants, mais aussi les facteurs atténuants. Le plaidoyer de culpabilité est très important ici. Ces cinq personnes-là savent que vous avez reconnu avoir posé ces gestes. Une sentence doit être modelée en fonction de ça. C’est une peine raisonnable, sans être clémente ou trop sévère », a souligné le juge Foucault.

Réjean Arsenault ne pourra pas communiquer avec les cinq victimes durant sa détention. Un échantillon de son ADN a été prélevé et son nom a été inscrit sur le registre des délinquants sexuels à perpétuité. Pour les 10 prochaines années, il ne pourra se trouver à 500 mètres de la résidence des victimes ainsi que dans un endroit public où pourraient se trouver des enfants de moins de 16 ans, comme un parc, une garderie ou une école.

image