4 janvier 2022
Alors qu’un incendie a détruit leur maison
Un couple sainte-annois bénéficie d’une vague de solidarité
Par: Alexandre Brouillard

Lucie Daneau et Jean-Claude Mondou sont reconnaissants et impressionnés de l’aide des gens. Photo Steve Gauthier

Le feu avait progressé rapidement dans la maison du couple située au 3126, chemin du Chenal-du-Moine, à Sainte-Anne-de-Sorel. Photo Steve Gauthier

Depuis l’incendie qui a dévasté leur maison, le lundi 27 décembre dernier, Lucie Daneau et son mari Jean-Claude Mondou jouissent de l’aide de gens de leur communauté qui ont amassé des biens et des dons pour les épauler dans cette épreuve survenue quelques jours après Noël.

Publicité
Activer le son

Au petit matin, le couple a été réveillé par de bons Samaritains qui passaient devant la maison et qui ont constaté l’incendie qui ravageait la demeure située au 3126, chemin du Chenal-du-Moine, à Sainte-Anne-de-Sorel.

« Je tiens à remercier Martin Cayer et son fils Samuel qui nous ont réveillés, lance d’emblée Lucie Daneau, vraisemblablement ébranlée par les événements. Si ce n’était pas d’eux, on ne serait peut-être pas en vie aujourd’hui. Ils sont venus nous réveiller et ils nous ont dit de sortir immédiatement de la maison à cause du feu. »

Depuis le tragique événement, une amie et collègue de Lucie Daneau, Janick Coulombe, a lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe afin d’aider monétairement le couple. Le 30 décembre, 15 071 $ avaient été amassés pour la campagne « Aidez nos amis Lucie et Jean-Claude ».

« Lucie m’a écrit vers 8h30, lundi matin, pour m’avertir que sa maison brûlait, relate Mme Coulombe. Quelques heures plus tard, je n’avais pas de nouvelles. Je ne pouvais pas rester les bras croisés, alors j’ai démarré le GoFundMe pour les aider monétairement parce que parfois c’est long recevoir l’aide des assurances. »

« Elle [Janick] ne pensait pas que les gens allaient répondre de la sorte, avoue Mme Daneau. En plus, sur les lieux de l’incendie, des gens sont venus nous apporter du café et de la nourriture. Beaucoup de personnes nous ont aidés avec du linge et d’autres objets. »

L’instigatrice de la campagne de sociofinancement a aussi récolté plusieurs dons à l’hôpital auprès de ses collègues.

Le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin, est aussi allé à la rencontre des sinistrés le 27 décembre pour leur proposer le soutien de la municipalité.

Depuis l’incendie, le couple habite dans un chalet appartenant à un membre de sa famille. « Je suis très contente de l’aide de tout le monde, c’est impressionnant », conclut Mme Daneau.

Un travail colossal des pompiers

Une vingtaine de pompiers ont combattu le brasier qui s’est déclaré peu après 7 h 30, le lundi 27 décembre. Grâce à leur travail, l’incendie ne s’est pas propagé aux maisons voisines.

« La Municipalité de Contrecœur est également venue en renfort. […] La deuxième et troisième alarme ont rapidement été demandées. La quatrième a finalement été nécessaire surtout dû à la température très froide. Les pompiers sur place ont travaillé fort pour éteindre le feu dans le toit, qui était difficile à atteindre. Malgré tout, vers 12 h 00, le feu était sous contrôle », indique le chef d’intervention pour le Service de protection et d’intervention d’urgence de Sorel-Tracy, Roger Lamanque.

Personne n’a été blessé lors des événements. Une enquête pour connaître la cause de l’incendie a rapidement été menée. Elle a révélé que des cendres d’un feu de poêle à bois ont pris feu dans un bac à l’extérieur de la maison. « C’est purement accidentel, affirme M. Lamanque. La Sûreté du Québec n’a même pas été impliquée dans l’enquête. »

Le chef d’intervention rappelle à la population l’importance d’avoir des détecteurs de fumée fonctionnels.

image