17 novembre 2021
Un ex-député songe à se présenter comme candidat pour le PQ dans Richelieu
Par: Jean-Philippe Morin

François Beaulne compte se lancer comme candidat du Parti québécois dans la circonscription de Richelieu aux élections provinciales de 2022. Photo Jean-Philippe Morin | Les 2 Rives ©

Président de l’exécutif du Parti québécois (PQ) dans la circonscription de Richelieu et ancien député pendant 14 ans, François Beaulne, qui est résident de Sorel-Tracy depuis une dizaine d’années, réfléchit sérieusement à se présenter comme candidat aux élections provinciales de 2022.

Publicité
Activer le son

C’est du moins ce qu’il a affirmé à une soixantaine de membres du PQ de Richelieu réunis au Club de golf Continental, le dimanche 14 novembre. L’homme qui aura 75 ans le 28 novembre prochain a l’intention de se présenter à l’investiture lorsque le temps sera venu.

Cette annonce a été effectuée à un peu moins d’un an des élections provinciales, prévues le 3 octobre 2022. Rappelons qu’en 2018, la CAQ et son candidat Jean-Bernard Émond ont ravi le comté au PQ dans Richelieu, autrefois considéré comme un château fort péquiste grâce aux victoires consécutives de Sylvain Simard (1994-2012), Élaine Zakaïb (2012-2014) et Sylvain Rochon (2015-2018).

Un premier congrès national se tiendra les 27 et 28 novembre de façon virtuelle. Ce sera l’occasion pour l’exécutif du PQ dans Richelieu d’y présenter des propositions à inclure dans la plateforme électorale péquiste pour le scrutin de 2022. La semaine suivante, le 4 décembre, se tiendra le congrès officiel du PQ, en présentiel cette fois, à Trois-Rivières.

Une feuille de route impressionnante

Après avoir été défait aux élections fédérales de 1988 lorsqu’il s’est présenté comme candidat au NPD dans la circonscription de Laurier–Saint-Marie, François Beaulne est devenu conseiller financier du chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, Jacques Parizeau, puis candidat du PQ dans Bertrand en 1988. Il a finalement été député péquiste de 1989 à 2003 après avoir été élu dans Marguerite-d’Youville en 1994 et 1998.

Dans sa carrière politique, il a occupé divers postes parlementaires, tant dans l’opposition officielle que du côté ministériel, dont celui de président et vice-président de commissions parlementaires ainsi que vice-président de l’Assemblée nationale.

Diplômé de l’Université d’Ottawa en science politique, M. Beaulne a aussi une maîtrise en administration des affaires de l’Université Columbia, à New York, où il a aussi effectué des études doctorales en relations internationales.

Avant de se lancer en politique, le Sorelois d’adoption a entamé son parcours profesionnel comme professeur à l’Université d’Ottawa, puis il a connu une belle carrière diplomatique en devenant consul du Canada à San Francisco de 1974 à 1978. De 1978 à 1980, il est devenu responsable des relations fédérales-provinciales au ministère des Affaires extérieures du Canada, puis, de 1980 à 1987, vice-président aux affaires internationales à la Banque Nationale du Canada.

À partir de 2003, année où il a été défait aux élections provinciales par le libéral Pierre Moreau par seulement 867 voix, François Beaulne a poursuivi sa carrière diplomatique. De 2005 à 2019, il est devenu chef de mission et représentant parlementaire des Nations unies dans des pays en sortie de crise, soit le Cambodge, le Mozambique, la Côte d’Ivoire, le Burundi, la Tunisie, les îles Fidji, la République de Guinée et la Mauritanie. Il est toujours, en date d’aujourd’hui, conseiller de l’ONU dans le cadre du Programme des Nations unies pour le développement.

De 2017 à 2020, il a également été conseiller au développement international du Groupe Lussier/Terracam, une entreprise québécoise de reconditionnement et d’exportation de véhicules lourds, notamment à Cuba. M. Beaulne a été honoré à titre de « Député sans Parti » par l’Assemblée de la République du Mozambique et a reçu la Médaille du Mérite du Royaume du Cambodge pour sa contribution au renforcement des institutions parlementaires dans ce pays.

image