23 février 2022
Estimation du coût pour la collecte des matières résiduelles
Un manque à gagner de 773 224 $ à Sorel-Tracy
Par: Katy Desrosiers

La Ville de Sorel-Tracy a un manque à gagner de 773 224 $ en ce qui concerne le coût pour la collecte des matières résiduelles. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

À lire aussi : Mieux trier les matières pour sauver des coûts

Alors que la Ville de Sorel-Tracy avait prévu 135 $ par unité d’occupation pour les matières résiduelles dans son budget 2022, le coût réel pour le service a finalement été établi à 174 $ par la MRC de Pierre-De Saurel. Ainsi, la Ville doit rattraper un manque à gagner de 773 224 $.

Publicité
Activer le son

La Ville de Sorel-Tracy a présenté son budget en décembre. « Nous avions été informés par la MRC d’une hausse à venir du coût des collectes, par porte. Il était difficile à ce moment de prévoir quel serait le coût précis par porte étant donné que la MRC n’avait pas encore amorcé sa préparation budgétaire et que nous ne savions pas si des surplus de la MRC seraient utilisés pour réduire le coût de revient des collectes », mentionne le Chef de division du Service des communications de la Ville de Sorel-Tracy, Dominic Brassard.

Pour cette raison, la Ville a préparé son budget en fonction d’un prix estimé de 135 $ par porte. Ce montant correspond à une augmentation de 10 $ par porte par rapport à l’année précédente.

« Au bout du compte, lorsque la MRC a présenté son budget en février, les surplus n’étaient pas au rendez-vous », ajoute-t-il.

Pour cette année, la Ville puisera dans ses surplus accumulés pour compenser l’augmentation du coût des collectes.

Une adoption tardive du budget à la MRC

La MRC de Pierre-De Saurel a un nouveau contrat avec EBI Environnement pour la collecte et l’élimination des matières résiduelles sur son territoire, qui est en vigueur depuis octobre 2021. Il est d’une durée de cinq ans avec une option de prolongement pour deux ans, par tranche d’une année. Il s’élève annuellement, avec les quatre collectes de bacs noirs supplémentaires ajoutées en 2022 à 5 194 551,24 $, taxes incluses.

Le montant total inclus dans le budget 2022 de la MRC pour la gestion des matières résiduelles est de 6 552 964 $. Il comprend le contrat avec EBI mais également d’autres contrats comme pour la gestion de l’écocentre.

Normalement, le budget de la MRC est adopté avant celui des municipalités, soit, en vertu de la loi, le quatrième mercredi de novembre. Toutefois, le budget n’a pu préparé et présenté à cette date avec le départ de la directrice des finances en juin, poste qui est demeuré vacant pendant cinq mois en raison d’une difficulté de recrutement. Le nouveau directeur est arrivé en poste au début de décembre. N’étant pas familier avec le milieu municipal, la MRC assure qu’il a su admirablement bien assimiler les règles comptables applicables et le fonctionnement d’une MRC, afin d’élaborer le budget en très peu de temps en concertation avec le comité de suivi budgétaire.

Le budget a été adopté en janvier, mais à la mi-décembre, un approximatif du coût unitaire pour les matières résiduelles d’environ 180 $ a été transmis aux membres du conseil de la MRC. Ce montant a finalement pu être réduit de plus ou moins 8 $ avant l’adoption du budget.

La MRC a pu bénéficier de subventions de la part du gouvernement afin de réduire la facture finale du contrat. Il s’agit de la compensation à la collectivité et la redistribution de la redevance à l’élimination. Sans ces deux subventions, le coordonnateur à la gestion des matières résiduelles à la MRC, Mohamed Aliouane, avance que le coût payé par les contribuables aurait été plus élevé.

« Une fois que la MRC a établi le taux unitaire par porte et l’a transmis aux municipalités, la suite n’est pas de son ressort », précise la coordonnatrice aux communications pour la MRC, Josée-Ann Bergeron. Ainsi, il revient aux municipalités d’établir le taux le coût qu’ils demanderont à leurs citoyens.

Un rattrapage nécessaire

Au cours des prochaines années, la Ville devra effectuer un rattrapage. M. Brassard affirme que différents scénarios sont à l’étude, mais qu’une augmentation de la taxe liée aux collectes est à prévoir.

Toutefois, il n’est pas établi si cette hausse se fera en une année ou sera étalée sur quelques années. Il mentionne également que l’intention de la Ville n’est pas d’imposer un choc tarifaire en augmentant trop d’une seule fois. Le conseil se penchera sur l’option à adopter.

image