24 janvier 2023
Le conseil de ville va de l’avant
Un projet de 406 logements sur la table dans le Développement d’Angoulême
Par: Jean-Philippe Morin

Le terrain visé par le promoteur Dominique Laliberté pour construire ses 406 logements est situé au bout de la rue de La Rochelle, à l’intersection de la rue Fortier. Photo tirée de Facebook

Malgré un déboisement prévu, le conseil de ville de Sorel-Tracy n’a eu d’autre choix que d’accepter un projet de 406 logements au bout de la rue de La Rochelle, dans le Développement d’Angoulême. Le maire et le conseiller du secteur considèrent malgré tout qu’il s’agit d’un beau projet, mais qui aurait pu être réalisé ailleurs.

Publicité
Activer le son

Comme le secteur était zoné H pour habitation, le projet ne peut être bloqué puisqu’il est conforme au plan d’urbanisme de la Ville et au schéma d’aménagement de la MRC de Pierre-De Saurel. Le zonage actuel du terrain permet la construction d’édifices de 13 logements et plus, jusqu’à six étages de hauteur, ce qui correspond audit projet.

Les 406 logements seront donc répartis en trois édifices entre l’autoroute 30, la phase II d’Evo et la rue de La Rochelle. Impossible pour l’instant de savoir le nombre de logements par bâtisse ou même le nombre d’arbres coupés. Aucun échéancier n’a été déterminé.

Le conseiller du quartier Bourgchemin, Olivier Picard, a spécifié, lors de la séance du conseil le 16 janvier, que les promoteurs et les employés à l’urbanisme de la Ville travaillent depuis un an à l’élaboration du projet afin d’atténuer le plus possible les effets négatifs du déboisement. Une série de mesures ont été prises afin d’éviter de couper des arbres, dont le maintien d’une zone tampon de 30 mètres de largeur avec l’autoroute 30. La majorité des cases de stationnement seront intérieures, ce qui diminuera le déboisement.

Le promoteur s’est engagé à garder 67 % d’espaces verts (parc, zone tampon, îlots de verdure) contre 33 % pour les bâtiments, les stationnements et la rue. À noter que parmi les 80 000 pieds carrés prévus pour la construction, 10,8 % de ce territoire sera cédé à la Ville afin de construire un parc disponible pour toute la population.

« Nous sommes en attente du dépôt du plan de protection des milieux naturels de la MRC de Pierre-De Saurel et de la modification de nos règlements qui viendront mettre la table et pouvoir donner un poids légal à notre politique de l’arbre. Mais ça prend du temps. Sorel-Tracy a besoin de nouveaux logements et de projets comme celui-ci. C’est honnêtement un beau projet et une bonne nouvelle afin d’accueillir de nouveaux citoyens et augmenter notre population. Ce sera un milieu de vie intéressant pour les futurs résidents. Mais il n’est pas au bon endroit. On doit développer ailleurs que dans nos boisés. Ce projet aurait été parfait à l’emplacement abandonné de la Plaza Tracy, au centre-ville, ou sur un terrain vague », indique le conseiller Olivier Picard, dans une publication Facebook.

Notons qu’une consultation publique aura lieu à l’hôtel de ville pour les résidents du secteur.

Le promoteur veut un projet harmonieux avec la nature

Le président d’Investissements Dominique Laliberté inc. et de Bricon Construction, Dominique Laliberté, est à la tête de ce projet. Natif de Saint-Robert et résident de Varennes, M. Laliberté a fait ses études secondaires à Sorel-Tracy, si bien qu’il connaît bien la région. Il est un des promoteurs du projet immobilier derrière les Promenades de Sorel.

« Sorel-Tracy, c’est une ville pleine de potentiel. J’ai une volonté d’amener des propositions et des offres qui font du sens. Je sens qu’il y a une effervescence. On ne se le cachera pas, la population est vieillissante, donc si Sorel-Tracy désire garder ou amener des familles et services, il va falloir offrir à ces gens-là une possibilité de se loger », aborde-t-il.

Selon lui, son projet sur la rue de La Rochelle coche plusieurs cases. « Il y a encore beaucoup de choses à déterminer, mais je trouve que l’endroit est très approprié, à 800 mètres de tous les services comme les restaurants, les écoles, le cinéma et tout près de l’autoroute. Je vais tenir compte de la capacité de payer des gens de la région pour les prix. Ça fait un an que je discute avec l’urbanisme, j’ai gardé un espace vert plus grand que demandé et les édifices seront plus en hauteur. J’ai fait des études de circulation qui confirment que la circulation dans le secteur ne sera pas problématique. J’ai fait mes devoirs », assure Dominique Laliberté.

Quant aux arbres qui seront coupés, le promoteur se veut rassurant. « Ce n’est pas une coupe sauvage. Ce terrain était zoné H, donc il était dans les plans de développement de la Ville. Il y a moyen de faire un beau projet en harmonie avec la nature, comme les Boisés d’Angoulême en ce moment. Les arbres vont donner un cachet à ce quartier », conclut-il.

image