11 août 2022
Un trentenaire en prison pour des attouchements sexuels sur une adolescente
Par: Jean-Philippe Morin

David Lamoureux passera les 54 prochains mois en prison. Photo tirée de Facebook

Un homme de 34 ans de Saint-Joseph-de-Sorel passera les quatre prochaines années et demie en prison pour avoir touché sexuellement une adolescente, en plus de l’avoir filmée.

Publicité
Activer le son

David Lamoureux avait déjà plaidé coupable à des chefs d’accusation d’attouchements sexuels sur une personne de moins de 16 ans, d’incitation à des attouchements sexuels, de possession, production et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile. Les procureures ont ainsi laissé tomber le chef d’agression sexuelle.

Les faits se sont produits entre le 1er juin 2020 et le 24 août 2021, à Saint-Joseph-de-Sorel, où l’accusé demeure. Une seule victime est impliquée.

L’accusé a pris le chemin des cellules le 3 août dernier, au palais de justice de Sorel-Tracy, lorsque le juge Marc-Nicolas Foucault a entériné la suggestion commune de 54 mois de prison des avocates Marieke Sabeh à la poursuite et Laurence Legault-Denis à la défense.

« Il n’y a pas de sentence qui permet à une victime d’être totalement réparée », a d’abord dit le juge Foucault.

« Quatre ans et demi de prison, certains vont dire que ce n’est pas assez. D’autres vont dire que c’est juste ou trop. Les avocates ont négocié une peine en connaissance du dossier. Vous avez reconnu avoir posé ces gestes. D’avoir plaidé coupable, c’est important pour la victime et ça vous permet d’entamer votre réhabilitation. La sentence suggérée va dans le sens de la jurisprudence. Des crimes contre les enfants sont inacceptables dans notre société », a-t-il poursuivi.

Parmi les facteurs aggravants, on note le lien de confiance entre l’accusé et la victime ainsi que la durée des crimes. Parmi les facteurs atténuants, David Lamoureux n’avait pas d’antécédents judiciaires, il a entamé une thérapie et un processus de réhabilitation, puis le rapport sexologique est relativement positif.

« C’est inacceptable ce que j’ai fait, mais il n’y a jamais eu de violence », a indiqué David Lamoureux, lorsque le juge lui a demandé s’il avait quelque chose à ajouter.

Ce à quoi le juge Foucault lui a répondu : « Tous les crimes auprès d’enfants sont considérés violents intrinsèquement ».

David Lamoureux a été inscrit sur le registre des délinquants sexuels pour une durée de 20 ans. Un échantillon de son ADN a été prélevé. Une probation de cinq ans, effective à sa sortie de prison, l’empêchera notamment d’être dans des parcs où des enfants pourraient se trouver.

image