4 janvier 2022
Une ancienne des Vaillantes s’engage en première division avec les Géants du Cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu
Par: Alexandre Brouillard

Océane Lanoie (au centre) a signé son entente avec les Géants du Cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu, en décembre dernier, en compagnie de joueurs du Drakkar de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme et des V-Kings de Saint-Hyacinthe. Photo gracieuseté

L’ancienne joueuse de basketball des Vaillantes de Sainte-Victoire-de-Sorel, Océane Lanoie, a choisi de poursuivre sa carrière avec les Géants du Cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu. La Soreloise évoluera donc en première division collégiale en 2022-2023.

Publicité
Activer le son

Lors de sa dernière saison complète, en 2019-2020, Océane Lanoie avait été sélectionnée sur l’équipe étoile du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) en plus d’être la meilleure marqueuse cadette en première division au Québec. L’année suivante, en quatrième secondaire, elle n’avait toutefois pas foulé le terrain en raison de la pandémie.

Malgré cette situation hors du commun, le succès qu’elle a connu lors des dernières saisons avec le Drakkar de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme et avec les V-kings de Saint-Hyacinthe au niveau civil lui a permis d’attirer l’attention des meilleures équipes collégiales de la province. En effet, ce sont cinq cégeps qui ont démontré de l’intérêt à son endroit.

« Elle a choisi les Géants parce que l’équipe aspire au championnat national depuis deux ans, explique la mère d’Océane, Jade Roy. Il y a un bon niveau de basketball là-bas, il y a des filles qui jouent pour l’équipe canadienne et l’entraîneur est très bon. »

La jeune fille de 17 ans s’attend à se voir confier un rôle important dès sa première année avec Saint-Jean-sur-Richelieu. Mme Roy indique que l’entraîneur-chef des Géants, Bernard Tanguay, croit qu’« Océane est une fille d’impact qui peut venir changer une game. Elle aura, dès sa première année, un impact avec sa nouvelle équipe ».

Ainsi, Océane misera sur un entraîneur d’expérience auprès de M. Tanguay, qui cumule 25 années d’expérience, dont 18 à la tête des Géants.

De plus, elle aura la chance de se joindre à une formation compétitive. Cette saison, les Géants occupent le quatrième rang du classement général avec cinq victoires et une seule défaite en six rencontres.

Une travailleuse acharnée

Alors qu’Océane a commencé le basketball en troisième année du primaire, c’est son éthique de travail qui retient l’attention de ses entraîneurs jusqu’à présent. « Au fil des ans, plusieurs entraîneurs ont été mis sur sa route et tous, à leur façon, lui ont permis de se développer et de forger son caractère. Sur le terrain, sa détermination, son agilité et son endurance sont des plus recherchés », souligne sa mère.

De plus, elle indique que le succès que connaît sa fille est le résultat de plusieurs années de travail. « Étant une athlète-étudiante disciplinée et acharnée, elle ne compte pas les heures passées dans les gymnases de la polyvalente Hyacinthe-Delorme pour s’entraîner, que ce soit avant, pendant ou après l’école », indique-t-elle.

Elle croit d’ailleurs que sans l’encadrement de son entraîneur avec le Drakkar et les V-Kings, Patrick Kervin, et de son entraîneuse avec le Sonic de Sorel-Tracy, Kim Thiffault, Océane ne connaîtrait pas un tel succès aujourd’hui.

« Je suis fière d’elle. Elle n’abandonne jamais et elle donne toujours tout ce quelle a jusqu’à la fin. Elle ne lésine pas sur les efforts », conclut Jade Roy.

image