11 janvier 2023
Finaliste à la téléréalité Call Me Mother
Une expérience hors de l’ordinaire pour le Sorelois Alex Verville
Par: Rachel Gauthier

Alex Verville, soit Jessie Précieuse, était l’un des quatre finalistes de la deuxième saison de la téléréalité canadienne Call Me Mother. Photo Quinton Cruickshanks OUTtv

Alex Verville, alias Jessie Précieuse. Photo Quinton Cruickshanks OUTtv

Alex Verville, alias Jessie Précieuse. Photo Quinton Cruickshanks OUTtv

Alex Verville, alias Jessie Précieuse. Photo Quinton Cruickshanks OUTtv

Alex Verville, alias Jessie Précieuse. Photo Quinton Cruickshanks OUTtv

Alex Verville confectionne un de ses habillements. Photo Quinton Cruickshanks OUTtv

Le Sorelois Alex Verville, alias Jessie Précieuse, s’est rendu parmi les quatre finalistes de la deuxième saison de la téléréalité Call Me Mother, diffusée aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Il a su se démarquer parmi plusieurs drag queens expérimentées.

Publicité
Activer le son

C’est lors de la diffusion de la grande finale, qui s’est déroulée le 21 décembre, que les drag queens finalistes, soit Weebee, Jessie Précieuse, Makayla Couture et Pepper, ont appris qui remportait le titre de First Child of Drag. L’annonce de la drag queen gagnante ne s’est faite qu’à la toute fin de la diffusion de la téléréalité, et ce, même si les épisodes ont été tournés en mai dernier.

Alex Verville n’a pas remporté le prix final. Cependant, il tire une grande fierté de son expérience puisqu’il avait réalisé son premier spectacle de drag queen environ huit mois avant le début du tournage de la téléréalité. « Les deux personnes qui étaient les plus nouvelles dans le monde de la drag dans cette compétition-là, c’était justement moi et Weebee [la drag queen gagnante]. Pour nous, de se rendre-là, c’était déjà assez gros. […] Les deux autres personnes en finale avec nous, elles sont vraiment bien établies dans leur communauté drag », commente-t-il. Son objectif principal était donc de se rendre en finale.

Il est visiblement ravi de s’être dépassé en relevant tous les défis qui lui ont été proposés au travers des nombreuses compétitions. « Je n’ai pas sous-performé de tout le long. Je me suis surpris : ce que j’ai fait, ce que j’ai gagné! », souligne-t-il.

« Personnellement, de gagner un roast [compétition qui consistait à inventer et à prononcer plusieurs remarques satiriques en visant une personne de l’audience], je ne m’attendais pas du tout à cela. Je ne savais pas du tout que j’étais capable d’écrire un roast, encore moins de le livrer en anglais, encore moins de le gagner », ajoute-t-il.

Avec la diffusion de la téléréalité, Alex Verville admet déjà constater les impacts positifs de sa participation à Call Me Mother. « J’ai solidifié ma place dans le monde de la drag à Montréal avec ce show-là. […] Je le vois plus du côté des réseaux sociaux, du support que j’ai des gens et de l’extérieur de Montréal. On s’entend pour dire qu’à Montréal la communauté drag on se connaît tous. Ce n’est pas la même game. Quand je vais à Toronto, je le vois que j’ai un plus grand support. Je me fais approcher par plus de monde pour des shows différents. […] C’est une première plateforme et comment je l’utilise va déterminer le retour sur investissement de ce show-là », lance-t-il.

Rappelons que Call Me Mother est une téléréalité canadienne, qui a été diffusée sur les ondes d’OUTtv du 26 octobre au 21 décembre, où 15 candidats ont dû réaliser des compétitions de drag, entre autres, en théâtre, en chant, en comédie, en danse et en design.

S’initier à l’art de la drag

Alex Verville invite ceux qui le souhaitent à découvrir l’univers de la drag en allant voir des spectacles pour déconstruire ce qui est parfois véhiculé dans des médias. « Ce n’est pas vrai qu’on a tous des gros seins et qu’on fait juste rire de la femme. C’est complètement faux. Il y a plusieurs styles de drag. Il y a plusieurs genres de personnes aussi qui font de la drag. Avant de prendre deux secondes pour juger, allez voir ce qui se passe dans les bars de drag parce que c’est, selon moi, les artistes les plus complets que ce monde détient. Ce sont des gens qui savent se maquiller, coiffer des perruques, danser, chanter, animer », avance-t-il.

Il conclut en invitant les gens à visionner Call Me Mother qui est, selon lui, une bonne première plateforme pour prendre connaissance de ce milieu puisque la téléréalité met en scène la diversité drag.

image