7 Décembre 2021
Championnat mondial C-15 de futsal
Zacharie Lanteigne a vécu une expérience hors du commun au Paraguay
Par: Jean-Philippe Morin

Zacharie Lanteigne (à droite) a adoré son expérience en Amérique du Sud à jouer au futsal contre d’autres nations. Photo gracieuseté

Le Sorelois Zacharie Lanteigne est revenu grandi de son expérience au Paraguay. Lui et trois autres Québécois ont eu la chance de représenter le Canada à l’occasion du Championnat mondial C-15 de futsal, fin novembre.

Publicité
Activer le son

Le jeune homme de 16 ans a donc décollé le 16 novembre afin de jouer son tournoi dans la ville de Presidente Franco, au Paraguay. Il est revenu le 1er décembre dernier la tête remplie de souvenirs.

« C’était incroyable, je sors grandi de cette expérience. C’était quand même une coupe du monde, je suis fier d’y avoir participé », relate-t-il.

En lever de rideau, dans le groupe A, l’équipe canadienne avait un imposant défi à relever. Malheureusement, elle s’est inclinée 6-3 face au Mexique, 8-0 contre le Brésil, qui a éventuellement gagné le championnat, ainsi que 8-1 contre la Catalogne. Ensuite, les Canadiens l’ont emporté 8-1 contre l’Équateur, avant de perdre 3-2 contre les États-Unis, terminant au 10e rang sur 12 nations.

Zacharie Lanteigne faisait partie de 12 des 17 joueurs de l’équipe ayant la chance d’être de l’alignement de façon régulière. Il n’était pas partant au début, mais ses bonnes performances lui ont permis d’être de l’alignement de départ lors de trois des quatre derniers matchs.

Un sport méconnu

Celui qui a appris les rudiments du soccer au Club de soccer du Bas-Richelieu (CSBR) joue maintenant au futsal à l’École secondaire Saint-Joseph, à Saint-Hyacinthe. Il joue à ce sport plutôt méconnu depuis la première secondaire, soit environ cinq ans. Il a été choisi dans l’équipe canadienne, selon lui, grâce au bouche-à-oreille et au succès du programme de son école.

Il se dit fier de pouvoir démocratiser ce sport dans la région. « C’est beaucoup plus dynamique que le soccer. On est constamment en contre-attaque puisqu’on joue sur une surface beaucoup moins grande. Ça rejoint un peu plus le hockey et le basket en ce sens, il faut un excellent cardio. On joue à quatre contre quatre avec un gardien de chaque côté, donc on touche plus souvent au ballon », explique Zacharie Lanteigne, qui se considère plus comme un passeur qu’un compteur de buts.

Sa présence à cette coupe du monde pourrait, espère-t-il, inspirer d’autres jeunes à pratiquer le futsal à Sorel-Tracy. « Quand je suis arrivé à Saint-Hyacinthe en secondaire un, j’ai attrapé la piqûre tout de suite. C’était très populaire. J’espère que ça le deviendra autant à Sorel-Tracy », lance-t-il.

Concernant son expérience au Paraguay, Zacharie Lanteigne ne veut pas s’arrêter là. Il espère participer à la Coupe du monde des moins de 17 ans au Chili l’an prochain.

« À cause de la pandémie, on n’a pas pu pratiquer beaucoup pour ce championnat au Paraguay, soit environ deux mois. Le Brésil a pris quatre ans pour s’y préparer. L’équipe canadienne, qui en était à une première dans ce type de tournoi, veut donc garder sensiblement la même structure pour la coupe du monde au Chili. J’espère que j’en ferai partie. Je vais continuer à travailler fort pour les convaincre de me prendre », conclut-il.

image