26 janvier 2022
À peine la saison commencée
Des motoneigistes contreviennent déjà aux règles d’or des sentiers
Par: Alexandre Brouillard

Le président du Club des Neiges Sorel-Tracy, Benoit Thivierge, espère que ses membres respecteront les consignes concernant les sentiers balisés cette saison. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Alors que les sentiers ont seulement ouvert la semaine dernière, plusieurs motoneigistes ont déjà transgressé les règlements du Club des Neiges Sorel-Tracy. Une situation qui exaspère le président du Club, Benoît Thivierge.

Publicité
Activer le son

À lire aussi: Un agriculteur de Sainte-Victoire-de-Sorel lance un cri du cœur 

« Ça m’inquiète beaucoup que les gens ne respectent pas les balises des sentiers, admet Benoit Thivierge avec découragement. J’ai déjà perdu un droit de passage très important cette saison à Saint-Louis. On a essayé de le récupérer, mais ça n’a pas fonctionné. On l’a perdu pour de bon. »

Le 19 janvier dernier, Denis Arel, un bénévole du Club des Neiges Sorel-Tracy, avait informé les membres sur la page Facebook du Club qu’un agriculteur exaspéré par les motoneigistes qui circulent hors des sentiers avait retiré le droit de passage sur ses terres.

« Si vous pensez que faire du hors sentier et de ne pas respecter les propriétaires fonciers n’a pas de conséquences, bien détrompez-vous. Je viens de perdre un droit de passage important à Saint-Louis qui vient mettre en péril une partie du sentier qui va en direction de Saint-Jude », écrit M. Arel.

M. Thivierge affirme également que cette perte est dommageable pour le Club. « C’est la trail qui permettait d’aller vers Saint-Jude et vers Saint-Hyacinthe. C’est décevant parce que les gens de Sorel-Tracy qui aimaient faire de belles boucles passaient par Saint-Ours et revenaient par Saint-Jude. C’est une boucle de 100 ou 150 kilomètres qu’on vient de perdre », affirme-t-il.

Faire preuve de respect

Depuis la tempête de neige du lundi 17 janvier, et pendant plus d’une semaine, Benoit Thivierge et son équipe se sont affairés à préparer les sentiers pour permettre aux motoneigistes de les emprunter le plus rapidement possible.

« Tout était fermé et j’avais spécifié de respecter les bénévoles pendant qu’ils travaillent. Un de mes bénévoles a même abandonné parce qu’il était épuisé. Sans mentir, depuis lundi, j’ai croisé au moins 25 motoneiges dans la trail. J’ai dû les avertir que les sentiers n’étaient pas encore ouverts. Et ils me répondent que ça ne leur fait rien parce qu’ils ont payé. Je suis donc obligé de me fâcher, mais ils passent à côté de moi et s’en foutent », relate-t-il.

Alors que ce problème est récurrent, Benoit Thivierge admet ne plus savoir quoi faire. « Je ne sais plus quoi dire, ça tourne en rond. Même le président à Saint-Hyacinthe est pris avec des problèmes de la sorte. Toute la Montérégie est prise avec ça. Ce n’est pas du hors-piste, ceux qui font ça vont jouer en montagnes », soutient-il.

Ainsi, le président du Club des Neiges Sorel-Tracy craint que d’autres agriculteurs décident d’emboîter le pas et d’enlever le droit de passage sur leurs terres. « Je les comprends parce qu’ils travaillent fort, lance-t-il. C’est plate parce que c’est juste ça le problème, mais des gens irrespectueux, il y en aura toujours. »

Depuis plusieurs années, le Club s’assure de faire la sensibilisation auprès de ses membres pour régler cette problématique et vont même jusqu’à donner des contraventions aux récalcitrants. La Sûreté du Québec (SQ) est aussi de la partie.

« Si quelqu’un a une pensée magique ou une bonne idée pour régler ce problème, on va la prendre », conclut Benoit Thivierge.

Février est le mois de la motoneige et de l’environnement. Dans ce contexte, la Fédération des Clubs de Motoneigistes du Québec (FCMQ) et l’Union des producteurs agricoles (UPA) rappellent d’adopter des pratiques respectueuses et de demeurer sur les sentiers.

image