23 mai 2023
Grèves des cols bleus
La Ville de Sorel-Tracy ne veut pas refiler la facture aux citoyens
Par: Alexandre Brouillard

Une dernière rencontre a eu lieu entre les deux parties le mardi 16 mai entre 14 h 30 et 23 h 30 à l’hôtel de ville. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Alors que les pourparlers achoppent à la table de négociation entre les cols bleus et la partie patronale, la Ville de Sorel-Tracy a invité le journal Les 2 Rives à l’hôtel de ville, le mardi 16 mai, à la veille du déclenchement de la grève générale illimitée, pour « rétablir les faits et rappeler sa position ». La partie patronale a exposé les derniers chiffres des négociations, soutenant que les demandes des employés, si elles sont octroyées, se traduiraient inévitablement par d’importantes hausses de taxes.

Publicité
Activer le son

À lire aussi: Une grève générale illimitée qui aura des impacts pour les citoyens 

Les cols bleus réclament des augmentations salariales de 21,25 % sur cinq ans, tandis que l’employeur offre des augmentations de 12,25 % sur cinq ans. « Ce serait irresponsable et irrespectueux pour les payeurs de taxes si l’on acceptait les demandes du syndicat », indique le directeur général de la Ville de Sorel-Tracy, Carlo Fleury.

Plus précisément, la Ville avance que les demandes des cols bleus se traduiraient, si elles étaient accordées intégralement, par une hausse directe de 3,5 % du compte de taxes pour la maison moyenne, soit une somme de 88,62 $.

« Il ne faut jamais oublier qu’en fin de compte, celui qui assume la facture est le citoyen de Sorel-Tracy. […] Aujourd’hui, si on inclut à ça toutes les autres demandes, ça représente une enveloppe de 7,2 M$ sur cinq ans », divulgue M. Fleury.

Ainsi, au terme de 16 rencontres de négociation et de cinq sessions de médiation totalisant plus de 95 heures de discussions, l’administration municipale déplore que le syndicat représentant les cols bleus maintienne des demandes salariales qu’elle juge déraisonnables. La partie patronale tient mordicus à ne pas refiler la facture d’une telle hausse aux contribuables sorelois.

Villes comparatives et équité salariale

La directrice du Service des ressources humaines, Annik Desbiens, soutient que l’offre de 12,25 % sur cinq ans de la Ville est comparable aux salaires octroyés par des villes de tailles similaires.

« Au niveau du salaire, notre taux horaire est en moyenne 2 % plus élevé que 10 autres villes comparables », expose-t-elle. Parmi celles-ci, on retrouve notamment Victoriaville, Châteauguay, Valleyfield, Shawinigan et Saint-Hyacinthe.

De plus, elle soutient qu’entre 2012 et 2021, la Ville a accordé des augmentations de l’ordre de 24,75 % aux cols bleus sorelois, alors que selon l’Indice des prix à la consommation (IPC), l’instance municipale aurait dû octroyer 15,4 % d’augmentation salariale durant cette période. « Donc, au niveau du pouvoir d’achat, on est 10 % supérieur à ce que l’IPC a été durant ces 10 années-là », note Mme Desbiens.

Concernant l’équité interne des augmentations salariales, elle informe que dans les 10 dernières années, les employés-cadres ont reçu 22,30 %, les fonctionnaires municipaux 23,25 % et les pompiers 23 %. C’est donc dire que durant la même période, les « employés manuels » de la Ville ont reçu la plus grosse hausse salariale.

Ainsi, selon Carlo Fleury, malgré l’inflation historique vécue en 2022, les cols bleus de Sorel-Tracy se sont créé un écart de richesse favorable de l’ordre de 10 % « qui vient, d’une certaine façon, compenser l’inflation inhabituelle ».

D’ailleurs, lors du dernier budget adopté en 2023, la Ville a adopté une indexation pour la maison moyenne de 4,6 %. « Donc, imaginez s’il fallait que demain matin on accepte la demande de nos partenaires syndicaux, ça représentait sur le compte de taxes une indexation qui frôlerait le 8 % », ajoute le directeur général.

Le mardi 16 mai, les deux parties se sont rencontrés une dernière fois à la table de négociation avant le déclenchement de la grève illimitée. Selon nos informations, la rencontre a été un marathon s’étirant de 14 h 30 à 23 h 30.

image