30 novembre 2021
Les conseillers régionaux veulent mettre les conflits derrière eux
Par: Alexandre Brouillard

Lors de la dernière séance, les élus ont émis à plusieurs reprises le souhait de laisser les conflits dans le passé. Photo Alexandre Brouillard | Les 2 Rives ©

Alors qu’une nouvelle page s’est ouverte avec l’élection de Sylvain Dupuis à la préfecture, plusieurs conseillers régionaux ont profité de l’occasion pour émettre leur souhait de laisser les divisons et les tensions de côté. Malgré ces intentions, la zizanie s’est fait sentir à quelques reprises lors de la dernière séance de l’année à la MRC de Pierre-De Saurel.

Publicité
Activer le son

Le préfet sortant, Gilles Salvas, avait récemment mentionné dans les médias son souhait de voir les élus régionaux travailler ensemble et délaisser les conflits.

Son souhait a été partagé par le maire de Saint-Joseph-de-Sorel, Vincent Deguise, et le maire de Saint-Ours, Sylvain Dupuis, lors de la dernière séance du 24 novembre, dans leur discours visant à accéder à la préfecture.

Diane De Tonnancourt, mairesse de Yamaska, a aussi utilisé son temps de parole dédié à mousser sa candidature comme préfète adjointe pour émettre son souhait de délaisser les conflits. De son côté, Serge Péloquin a profité de cette unanimité autour de la table comme désir de travailler ensemble pour demander à ses collègues de le replacer à ce poste de préfet adjoint en guise de réconciliation.

À la fin de la séance, la tension a été ravivée lorsque M. Salvas a répondu à la question d’un citoyen portant sur le salaire versé aux membres du conseil d’administration du Parc éolien Pierre-De Saurel. Il a admis, à titre personnel, que le montant de 1000 $ pour une réunion n’était peut-être plus justifiable. Il a donc indiqué que cette question serait discutée par le conseil régional en 2022.

Ce qui a semblé déplaire à Serge Péloquin, président du Comité, qui a ensuite questionné son homologue sur les redevances aux municipalités qui accueillent les éoliennes et aux agriculteurs. M. Péloquin a demandé à ce qu’on les revoit aussi, tant qu’à revoir la rémunération des membres du comité. M. Salvas lui a alors répondu que c’était impossible en raison des ententes initiales déjà signées.

Ce qu’ils ont dit

Vincent Deguise : « Les dernières années ont été certes tumultueuses. Nos débats révélaient des divergences importantes entre nous. […] Mais est-ce que nous voulons vraiment que la population ne retienne de notre travail que ce qui nous divise? Moi, je ne crois pas. Nous devons être honnêtes et francs les uns envers les autres […] ».

Sylvain Dupuis : « L’important, c’est de mettre l’accent sur les projets et les idées. Ce n’est pas grave si on n’est pas toujours d’accord, l’important c’est qu’on continue à avoir une relation. Par ma candidature, je propose de tourner la page. J’ai mes torts et on a tous nos torts. Mais je pense qu’il faut recommencer à travailler ensemble ».

Diane De Tonnancourt : « Nous avons certes connu des périodes troubles au cours du dernier mandat, mais je crois fermement que nous pouvons trouver des solutions afin de retrouver une stabilité qui nous permettra de faire cheminer les dossiers pour le mieux-être de notre collectivité. Durant les dernières années, trop souvent, nos différends et nos désaccords se sont retrouvés sur la place publique ».

Serge Péloquin : « J’ai entendu dans les discours de mes collègues ce soir, à huit reprises, les mots ensemble, tourner la page, collectif, respectueux. […] Si on pense que je pourrais revenir à ce poste [préfet suppléant] que vous m’avez retiré en 2019, alors je suis prêt à être bon joueur et jouer ce rôle de façon honorable. […] À mon avis, mes collègues devraient faire en sorte de ramener tout d’abord, dans un geste concret, le maire de la ville-centre comme préfet suppléant. Ce serait un bon début dans notre réconciliation ».

Gilles Salvas sur la question des salaires des membres du conseil d’administration du Parc éolien Pierre-De Saurel : « Ça va être une étude qu’on va faire dans les prochains mois. […] Je crois que les salaires pourraient être revus à la baisse. Le Parc va très bien. Mais ce sera une recommandation faite par la table de la MRC et non par Gilles comme maire ».

Serge Péloquin : « Tant qu’à revoir ça, il faudrait rajouter dans la liste de revoir les redevances qu’on fait aux municipalités de Yamaska, Saint-Robert et Saint-Aimé. Revoir peut-être les pourcentages qu’on remet aux agriculteurs. Alors tant qu’à revoir la formule, rajoutez donc ça dans votre réflexion à l’ensemble de l’œuvre ».

À lire aussi: Sylvain Dupuis élu préfet de la MRC de Pierre-De Saurel 

image