27 avril 2022
Les élus reconnaissent finalement la crise du logement
Par: Alexandre Brouillard
Le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, soutient que le gouvernement du Québec travaille déjà sur des solutions pour contrer la crise du logement. Photo gracieuseté

Le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, soutient que le gouvernement du Québec travaille déjà sur des solutions pour contrer la crise du logement. Photo gracieuseté

Rareté ou crise du logement? Après plus d’un an de tergiversations, des élus de la région reconnaissent finalement que la Ville de Sorel-Tracy est plongée dans une crise du logement, alors que le taux d’inoccupation des loyers est de 1,2 %.

Publicité
Activer le son

À lire aussi: La crise du logement frappe Sorel-Tracy de plein fouet 

Dans la foulée des propos tenus par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), Andrée Laforest, qui a admis qu’une crise du logement sévit actuellement au Québec, des élus de la région, dont le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, et le maire de la Ville de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, l’ont également reconnue.

M. Émond avance que la pandémie a exacerbé la situation actuelle dans les derniers mois. « La situation de la crise du logement est préoccupante, admet-il. Beaucoup de familles ont quitté Montréal et les grandes villes pour s’installer en région, c’est pourquoi le marché locatif est désormais en crise à plusieurs endroits au Québec et notre région n’y échappe pas. »

Pour Serge Péloquin la crise du logement ne fait plus aucun doute. « Avec un taux d’inoccupation sous les 3 %, il faut parler de crise », indique-t-il, ajoutant que l’inflation galopante des derniers mois a intensifié la pénurie de logements à Sorel-Tracy.

Agir rapidement et concrètement

Maintenant que Québec reconnaît la situation de crise, Jean-Bernard Émond affirme que le gouvernement travaille déjà sur des solutions. « Nous devons bouger rapidement afin de continuer d’augmenter l’offre de logements à prix abordables au Québec », soutient-il.

À la fin mars, le gouvernement du Québec a annoncé une série de mesures pour venir en aide aux Québécois qui n’arrivent pas à se trouver de logements. Dans son budget, le ministre des Finances, Eric Girard, a dédié 633,6 M$ sur six ans afin d’accroître l’offre de logements sociaux et abordables ainsi que pour améliorer la qualité des logements au Québec.

De son côté, le maire de Sorel-Tracy espère que les gouvernements agiront rapidement afin d’augmenter le taux d’inoccupation de loyers au-dessus des 3 %. « Cette situation ne s’améliora pas d’elle-même, avance Serge Péloquin. Je crois que le provincial et le fédéral doivent lancer des mesures structurantes, dont un chantier de logements sociaux. Ça prend des programmes et des porteurs de projets. »

Le député de Richelieu assure travailler conjointement avec les partenaires locaux pour les informer des programmes mis à leur disposition.

Plusieurs projets en cours

Selon Serge Péloquin, 200 nouvelles portes de logements de tout genre devraient voir le jour prochainement à Sorel-Tracy.

Pour les plus petits budgets, l’Office d’habitation Pierre-De Saurel travaille actuellement sur la construction d’un immeuble d’habitations de 40 à 80 logements.

Il y a aussi l’Héberge du Grand-Héron qui devrait être construite à l’intersection des rues Provost et Prince. Le projet sera composé de quatre bâtiments regroupant 14 logements de type 3 1/2.

« C’est sans oublier tous les projets domiciliaires qui sont sur la table à dessin ou en construction. J’en profite pour lancer une invitation aux investisseurs locaux de nous contacter. Au centre-ville, on a beaucoup de terrains libres », conclut Serge Péloquin.

image